Liens et vidéos

Page initiée le 27 juillet 2011


4 décembre 2013 : Question à des spécialistes de Relativité Générale et de Physique des Hautes Energie


22 novembre 2013 : Le WIKIPEDIA francophone.


16 novembre 2013 : Diffusion (gratuite) à partir de ce soir 23 heures, d'une interview JP PETIT par Bob, d'une heure, sur le thème "Les OVNIS et le pouvoir" http://www.bob-toutelaverite.fr/Jean-Pierre-PETIT-LES-OVNIS-ET-LE-POUVOIR-emission-en-libre-acces-dossier-inedit_a898.html

La chaîne Planète est venue enregistrer chez moi une interview, sur le thème "Les OVNIS et le pouvoir". Bob a mis en téléchargeable, outre l'interview audio, un pdf que j'ai composé. Vous pourrez télécharger sa version illustrée, plus complète ( 11 mégas ) sur mon site :

 

http://www.jp-petit2.org/OVNIS/BOB/OVNI et pouvoir.pdf

Si le fichier est corrompu, essayez le site miroir :

http://www.jp-petit2.org/OVNIS/BOB/OVNI et pouvoir.pdf

 


26 Octobre 2013 : Interview JP PETIT sur la Voix de la Russie (édition francophine:80.000 vues/jour) :

http://french.ruvr.ru/2013_10_23/Une-nouvelle-vision-de-l-univers-inspiree-de-Sakharov-par-Jean-Pierre-Petit-Partie-1-6652/

J'ai enregistré les vidéos correspondant aux présentations effectuées dans le cadre de l'OPECST (Office parlementaire d'Etude des Choix Scientiufiques et Techniques ) en date du 7 novembre 2011, après Fukushima, animées par nos nucléo-députés Christian Bataille et Bruno Sido, et dont le thème était " l'avenir du nucléaire français". Je les ais mises sur mon compte Youtube, sans les modifier. Je les commenterai. En résumant une une phrase je dirais que vous entendrez des septuagénaires, des technocrates, nous brosser l'avenir du nucléaire français jusqu'en 2100 ("trajectoire raisonnée") voire 2150.
Des vieillards irresponsables établissent les bases d'un suicide programmé ( le déploiement de surgénérateurs fonctionnant au plutonium à l'horison 2100 ). La présentation du représentant d'ITER est d'une indigence qu confine au pathétique.

http://www.youtube.com/user/JPPETITofficiel

Si j'avais pu être présent lors de telles assises, croyez moi qu'en tant que scientifique, ma langue ne serait pas restée dans ma poche. J'aurais soigneusement mouché le représentant du CNRS, entre autre. Quelle complicité rampatnte, quelle honte pour le milieu scientifique français !


21 Octobre 2013 : Nucléaire : le choix de l'Angleterre. Lien


18 Octobre 2013 : Allez lire les deux articles que j'ai composés pour l'Appel de Genêve II. Il y a un article sur Astrid et un autre sur ITER. Et si vous êtes d'accord avec cette position, signez cet appel. Moi, je l'ai fait.

Le site de l'Appel de Genêve II : http://apag2.wordpress.com


17 octobre 2013 : Bilan de l'activité scientifique d'UFO-science, publications dans des revues à comité de lecture (referees), présentations dans des congrès internationaux :

http://www.ufo-science.com/wpf/?page_id=5635


13 octobre 2013 : Hypnow a encore trouvé un procédé astucieux. Ils partagent, c'est sympa, aidons à passer la crise en achetant leur pdf   http://www.pointeffectneedle.fr

 

Ecouter gratuitement l'émission.

En lançant une émission intitulée " Bob vous dit toute la vérité " Bob a abordé une foule de sujets, dans le plus grand désordre, dont des sujets tabous, comme ... le 11 septembre. Son émission a alors été rapidement supprimée. Refusant de rentrer dans le rang, il lance alors une " web radio ". Pour ce faire il lui faut un minimum de 150.000 euros par an, c'est à dire 1500 abonnements à 100 euros.

Quelle sera alors son audience ? Quelle est la marge de manoeuvre d'un journaliste qui entend exercer son métier en toute liberté, mener toutes les enquêtes, aborder tous les sujets ?

Il s'agit là d'une expérience vis à vis de laquelle je ne pouvais pas rester indifférent.

Je me souviens comme c'était hier de la façon expéditive avec laquelle le journaliste Jacques Pradel fut prestement mis au pas, après avoir imprudemment consacré deux émission où il faisait état d'une étrange autopsie, en noir et blanc, achetée à un Anglais nommé Santilli.

Si ce document était un faux grossier, pourquoi une telle réaction ? Ce qui fut par contre une parfaite réalité ce fut le refus ultérieur de Jacques, échaudé, avec qui j'avais fait de nombreuses émissions dans les années précédentes, de remettre un doigt dans le sujet OVNI.

Bob relève le défi, ce qui revient à sauter, nu, dans une mer de plomb fondu. Ma foi, arrivera ce qui arrivera. Personnellement, rien ne m'a jamais arrêté, qu'il s'agisse de pressions ou même de menaces.

Pour soutenir Bob : http://www.bob-toutelaverite.fr

 

 

 

24 septembre 2013 : Attaques contre mon site

Ceux qui fréquentent mon site ont pu constater la fréquence des disfonctionnements, depuis des mois, synchrones avec la mise en ligne de nouvelles informations, de nouvelles analyses, en général dérangeantes, comme ces cinq vidéos sur ITER.

J'ai maintenant décidé de faire une chose, que j'ai testée les jours précédents. Je ne modifie pas mon site au quotidien, mais j'installe de temps en temps quelques pages illustrées, traitant parfois de sujets variés. Donc, hier, avant de mettre en ligne une page qui traitait de la maldie d'Alzheimer, de la fin de vie de gens comme Margaret Thatcher, de la politique inspirée de François Hollande, et de son écriture d'enfumeur né, de ce qu'on peut faire avec la plante Datura et enfin ce que pense Jacques Sapir de la situation en Syrie, j'ai choisi de demander à un internaute qui m'aide et gère le site-miroir du mien d'effectuer d'abord cette mise en ligne sur ce site-là. Là, pas de problème.

Quand il s'est agi de réaliser la même opération sur le mien, cascade de problèmes. Le lien même vers ce site miroir

http://www.jp-petit2.org

était devenu inactif sur ma homepage. Le lien vers cette nouvelle page également, sur ma page nouveauté. Enfin je me suis retrouvé avec une page blanche sur l'écran.

Il va falloir que je fasse le ménage. Primo je vais changer les codes liés à mon site. Ensuite il ne serait pas mauvais que je fasse tourner sur mon Mac un logiciel qui détecte un éventuel cheval de Troie. Parce que ces disfonctionnements sont assommants. Ceci étant, toutes mes relations sont sur PC. Si quelqu'un peut me tuyauter sur la façon d'avoir accès à un logiciel de nettoyage tournant sur Mac, je serais preneur.

L'incident d'hier va m'amener à systématiser la procédure.

Je ferai installer toute nouveauté sur le site miroir d'abord.

Mettez donc cette adresse dans vos favoris. Au moindre problème : un lien qui ne marche pas, une page d'accueil blanche, une impossibilité de se "logger" : basculez sur le site-miroir, il contiendra les mêmes infos que sur le site "source".

Les disfonctionnements se propageront-ils sur le site-mroir ? Nous verrons bien.

Je vais être un peu "out" quelques temps : und petit opération sur un genou, demain. Aptrès, je m'y remettrai.Textes, vidéos.

Il u aura des comptes rendus sur les colloques de cet été. Un en Physique Mathématique (Prague + compléments à ce papier) et deux en physique des plasmas ( Varsovie et Princeton ).

Il y a aussi des tas de combats, qui prennent beaucoup de temps et d'énergie. Mais les combats, il vaut mieux en parler quand on les a gagnés que quand on le mène.

 

 

9 septembre 2013 : Comprendre Fukushima en 2 minutes.

 

Hollande en Syrie

 

En attendant le possible déclenchement de la III° Guerre Mondiale par un prix Nobel de la Paix, secondé par le président le plus nul que nous ayions jamais eu depuis des décennies, entouré par des ministres débiles, irresponsable et dangereux, l'irruption, après les hormones, des becquerels dans vos assiettes, je vous suggère de vous détendre un bon coup en regardant ce film, si vous le connaissez pas déjà :

http://streamks.blogspot.fr/2013/05/obrother.html

Histoire de changer un moment de la sinistrose ambiante

 


15 Août 2013 : Jean Robin a cessé de commercialiser les DvD enregistrés chez moi, en date du 16 juillet 2013 :

 

Des liens vers certaines de ces vidéos installées sur Youtube par un internaute

https://www.youtube.com/watch?v=NTUjG9nGTLs : Sur la liberté d'expression

https://www.youtube.com/watch?v=PgQI5dnBbyE : Sur l'armée 1/3

https://www.youtube.com/watch?v=eveeCCbXxIc: Sur l'Armée 3/3

https://www.youtube.com/watch?v=Onduk77SltY : Sur la science

https://www.youtube.com/watch?v=aTRYZvZQ98o : Sur l'ouverture d'esprit

http://www.youtube.com/watch?v=EnXg0qEgFgs : Cosmologie, carrière scientifique 1/3

http://www.youtube.com/watch?v=rIIC-_lgE2k : Cosmologie, carrière scientifique 2/3

 

Ces vidéos qui faisaient partie des neuf de "ses coffrets" (150 euros plus le port ) :

https://www.youtube.com/watch?v=m43nzTj_5T4&NR=1&

https://www.youtube.com/watch?v=m43nzTj_5T4

débouchent sur le message :

Les internautes qui ont procédé à ces mises en lignes devraient, par l'intermédiaire de Youtube, demander qui a fait cette notification d'atteinte aux droits d'auteur, et sur la base de quel document. Je serai heureux d'avoir enfin en main ce document, que j'ai vainement réclamé.

Jean Robin, lors de sa visite à mon domicile, où ces vidéos ont été enregistrées, m'avait fait signer à la sauvette un document, dont il ne m'a jamais communiqué la copie. J'avais fait l'erreur de faire confiance à sa parole, en particulier en ce qui concerne la quote part qu'il devait reverser à l'association Savoir sans Frontières, ce qui avait été ma seule exigence.

Je repense à la phrase d'un de ses mails " jamais un journalistes ou un éditeur n'ont jamais fait ce que j'ai fait pour vous. Ne l'oubliez jamais". Quand on voit la participation "journalistique" de Robin dans ces vidéos (pas de montage, zéro illustrations) on se demande la différence entre ces documents et ce que j'ai pu entregistrer moi-même et mettre en ligne sur Youtube.

Combien de coffrets représentant 9 DvD et 13 heures trente de vidéos a-t-il vendu en 2 ans (à mes fans, à 150 euros plus le port). Entre 300 et 3000. Avec 1000 ex il aurait gagné 100.000 euros nets. L'association Savoir sans Frontières ne reverra jamais l'argent que Robin aurait du lui envoyer.

 

 

17 Août 2013 : PIRATAGE.

Les internautes ont pu constater que mon site avait été indisponible pendant 48 heures.

L'internaute qui gère le site écho http://www.jp-petit2.org est en vacances. Dès qu'il sera rentré il fera la mise à jour. Ce système des sites échos constitue la parade au piratage. On ne saurait pirater simultanément un site et son site écho. Si on le fait, d'autres sites-écho se créeraient immédiatement : jp-petit3, jp-petit4 etc ...

Nous sommes en guerre, et ça ne fait que commencer. J'avais déjà prévu cela il y a plus de dix ans. On ne sait pas jusqu'où cela pourra aller. Il y a eu les fausses informations, très vite. Mais là, les hoasbusters sont intervenus. Au lieu d'effacer purement et simplement ces infos, je les laissais, en mentionnant qu'on avait essayé de nous enfumer. Pour l'attaquant,qui escomptait décrédibiliser mes propos, la réponse était pire que l'effet escompté.

Il fut un temps où le régime Soviétique luttait férocement contre la diffusion de l'information, sur tous les plans. Je me rappelle d'une visite à Moscou, en 1983. C'est là que je me suis aperçu qu'il n'existait pas, à cette époque, d'annuaire de téléphone. L'accès à une photocopieuse était très difficile, sinon impossible, comme l'accès à tout moyen de reproduction. Les Russes recopiaient des textes subversifs à la main et les diffusaient. On appelait cela des smizdat . Avant la glasnost, la production et la diffusion de samizdat était fortement réprimée.

Dans cette lutte entre l'information et le mensonge, ceux qui veulent que les choses soient sues disposent de l'arme numérique. On peut espérer que des ingénieurs, dans le monde, créeront des moyens de lecture de supports numériques, plus primitifs que ceux qui existent actuellement, mais moins vulnérables, plus robustes. Un simple CD peut stocker, sous forme texte, une masse d'informations considérable. Mais il y a aussi l'image, le son, la vidéo.

Je me souviens, c'était il y a plus de dix ans. Un homme d'affaire américain très riche, Jimmy Walter, avait sponsorisé la première conférence sur les événements du 11 septembre, confronting the evidence.

  17 Août 2013 : PIRATAGE.   Les internautes ont pu constater que mon site avait été indisponible pendant 48 heures.   L'internaute qui gère le site écho http://www.jp-petit2.org est en vacances. Dès qu'il sera rentré il fera la mise à jour. Ce système des

Jimmy Walter

 

Je ne sais plus en quelle année Jimmy vint en France. Il avait produit massivement des DvD reproduisant les enregistrements effectués lors de cette conférence. Il donna en France une conférence de presse devant une masse de journalistes, et fut extrêmement étonné que celle-ci ne soit suivie d'aucun écho (...).

Le film Matrix est sorti en 1999. Walter évoque l'épisode où Neo a à choisir entre la pilule bleue et la pilule rouge. Il ajoute : " J'ai choisi la pilule rouge".

Menacé par le FBI, Walter quitta les Etats-Unis et s'en alla vivre en Europe.

Combien ont "pris cette pilule rouge" ? Combien ont choisi la vérité qui dérange contre le mensonge qui rassure ? Je me pose la question.

Peu de temps après Walter ouvrait un site internet où ce film était accessible, avec sous-titrages possibles, dans les principales langues. Quand j'ai vu ça j'ai écrit dans mon site :

- Ce site va être mis out très vite. Que ceux qui savent stocker ces fichiers le fassent au plus vite.

Ca a été fait et c'était une question de jours. Très vite le site fut inaccessibles, mais entre temps des sites s'étaient créés qui mettaient ce film en ligne. Ce jour-là une grande bataille fut gagnée. Ce fur l'origine du site http://www.reopen911.info.

Mais quelles ont été les suites ? Il est certain que le doute s'est installé dans l'esprit de nombreuses personnes. Mais jusqu'on cela va-t-il ? Pas bien loin. On vote encore pour les "enfumeurs" de tous bords. Combien de scientifiques français ont pris position par rapport à ces événements ? Combien d'intellectuels ?

Ne parlons pas des journalistes....

Il y a deux ans j'avais envisagé d'écrire une pièce de théâtre sur le thème du 11 septembre et plus généralement sur celui des attentats sous fausse bannière. Pour cela il fallait trouver des acteurs qui auraient été assez motivés pour ne pas être rétribués. La pièce aurait pu être jouée, mais j'aurais conçu une "dramatique" avec décors naturels. Le théâtre filmé passe mal au petit écran. La version "dramatique 52 minutes" aurait été enregistrée et aurait pu être diffusée sur DvD.

Ces acteurs, ce metteur en scène, nous ne les avons pas trouvés.Très souvent, sauf exception, les gens de théâtre vivent dans leur monde. Il est certain que c'est un excellent moyen d'évasion. Personnellement j'adore le théâtre. Si la vie est très souvent un (mauvais) théâtre, le théâtre n'est pas la vie.

Les gens du spectacle ( Bigard, Kassowitz, Marion Cotillard...) qui se sont hasardés dans ces eaux troubles ont vite reçu des chocs en retour puissants. Et les autres n'ont pas suivi.

Le lamentable Jean Robin a critiqué de manière les sketches produits par le courageux Bigard sur le thème du 11 septembre. .

Moi-même j'ai rencontré il y a quelques mois une excellente metteuse en scène, à qui j'ai tenté de soumettre ce projet de pièce ou de dramatique. Mais elle ignorait tout du sujet. On ne peut pas envisager un tel projet avec des gens qui sont dès les départ hors du coup. Je crois que ce projet est à l'eau.

On a parfois l'impression que la poussière du temps se dépose sur ce drame horrible, comme celle qui recouvrit les rues de Mannathan.

J'ai 76 ans, je ne peux pas me battre sur tous les fronts.

 

 


12 Août 2013 : Nul nest prophête en son pays


3 Août 2013 : Ce que je prépare. Il y a plusieurs communications scientifiques dans des congrès internationaux. Par ailleurs je prépare plusieurs livres. L'un d'eux plaira à pas mal de lecteurs, puisque j'aborderai l'ensemble des phénomènes "surnaturels". A ma façon, évidemment. Pour se préparer à cette lecture, procurez-vous les DvD de StéphaneAllix. Voir ma rubrique dans "Notes de Lecture". Il y a aussi mon commentaire sur "Conversation avec Dieu" de Neal Walsch

A part cela j'ai réalisé que ma BD Mille milliards de Soleils avait 28 années d'âge. Aujourd'hui il n'y a rien de consistant qui décrive la naissance des galaxies et leur comportement, en particulier la structure spirale. Rien que des couillonnades. Même Hubert Reeves ne dit .. plus rien. Tel quel, l'album, publié en 1985, est pas mal, mais modulo quelques ajouts, ça ferait un truc sympa. Je pense que je pourrais refaire x pour cent de cet album et en faire un ouvrage de vulgarisation qui tienne un peu debout (sans matière sombre ni énergie noire !). Ce livre, je l'imprimerai alors en 1000 exemplaires. Mais pour ce faire il me faudrait l'album original, que je n'ai plus.

Merci à l'internaute qui m'a fait cadeau de son exemplaire.

 


 

29 mai 2013 : Sous-titrage en anglais avec traduction automatique multilingue

27 mai 2013 :une cinquième vidéo sur ITER

L'ensemble             Aucun écho sur le site de Sortir du nucléaire !

3 mai 2013 : JESSE VENTURA          15 mai 2013 : UNE MORT SUSPECTE

11 septembre, Bilderberg, camps d'internement de la FEMA, projet HAARP, etc...

29 avril 2013 : Elus islamistes dans une municipalité bruxelloise

20 avril 2013 : Analyse de l'ouvrage de J.P.Biberian, sur la Fusion Froide


9 avril 2013 : Un internaute a modifié la page de Wikipedia se référant à Jean Robin, apportant les précisions nécessaires concernant l'abus de confiance représenté par la poursuite des ventes des 9 DvD au profit de celui-ci. .
Voici la copie d'écran

Les liens (chiffres bleus) donnent accès aux documents de référence, en allant sur la page :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Robin_%28%C3%A9diteur%29


23 mars 2013 : Interview JP Petit dans Info-Libre, sur le nucléaire. Lien


20 mars 2013 : IRAK : Guerre, mensonges et vidéos, piqûre de rappel :

http://www.lcp.fr/emissions/docs-ad-hoc/vod/145285-guerre-mensonges-et-video


16 mars 2013 : De retour d'Indonésie :

Les infos dont on parle peu :

http://info-libre.fr

Les choses deviennent de plus en plus claires, pour un nombre croissant de citoyens. L'Europe est une entourloupe complète. L'euro, idem. Je suis d'accord avec l'auteur de cet article paru dans Agoravox, où l'auteur qualifie Hollande de Marionnette Euro-Atlantiste. J'ai déjà dit ce que j'en pensais.

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-action-exemplaire-du-president-131597

D'accord avec Soral quand il explique que le (véritable) pouvoir s'arrange pour faire faire le sale boulot à 'la gauche". C'est très bien vu. Suivra "après l'échec de la gauche" une pseudo alternance.

Le sentiment de nausée fait tache d'huile. Cohn Bendit a attendu que passe la dernière loi présentée au parlement européen, précisant les conditions du départ en retraite de ses députés. Avec 16 années d'exercice, 9000 euros par mois. Pas mal pour "Dany le Rouge".

Le Conseil Régional PACA a un nouveau membre (ça rapporte 2400 euros par mois). Ancien directeur d'un musée régional, il lui aura suffi de prendre sa carte à Europe Ecologie les Verts. Il lui reste à se rendre utile. Avant d'être élu, il avait choisi de tenter de s'en prendre au projet ITER et avait eu deuxbrillantes idées.

- La première avait été d'entrer en contact avec Cohn Bendit

- La seconde correspond à ce qu'il nous déclara un jour :

- Ma fille est liée avec a fille de Trieweller. Grâce à elle nous pourrions obtenir une entrevue avec celle-ci. Nous pourrions lui expliquer ITER. Comme cela, après, Trieweller pourrait expliquer cela à Hollande, sur l'oreiller.

Mieux vaut en rire.

Sortir de l'euro ? Asselineau en fait un préalable à un changement quelconque. Encore faut-il pouvoir s'offrir ce luxe. Des scénarios sont à l'étude Les Islandais ont fait ce que d'autres rêveraient de faire. Mais leur situation économique est particulière. Ils vivent sur un banc de poisson. L'île d'Hemaye, au sud ouest, que j'avais visitée dans les années soixante-dix, après l'éruption du volcan Elgafell avait, par habitant, le second revenu brut, après ... le Koweit.

L'Islande n'a nul besoin de pétrole. Dans ses landes battues par des vents glaciaux on y cultive des ... bananes dans des serres chauffées à la vapeur. Reijkyavik possède une piscine olympique à ciel ouvert, chauffée par son-sous sol. Eh puis, la population islandaise est limitée. La démocratie directe y est chose possible.

Ajout en date du 20 avril 2013 : A propos du problème de la sortie de l'euro, quand je parlais de luxe, il s'agissait des conséquences économiques afférentes, possibles. Techniquement, comme me le faisait remarquer un lecteur, ça ne pose aucun problème.

La réponse est là : http://www.u-p-r.fr/lupr/article-50-du-traite-sur-l-union-europeenne.

Quand on voit comment évoluent les choses, partout dans le monde, ça n'est pas une crise, vécue comme quelque chose d'accidentel, mais la conséquence des politiques axées sur la mondialisation et la création de cette Europe du fric, si bien stigmatisée par Jean Gabin dans le film " Le Président " (le texte est d'Audiard).

Il y a cela et " la dette ", moyen d'asservissement des pays.

On est mal engagés, dans tout cela. Je revois ce roquet de Sarkozy disant avec tant d'insistance " ce gouvernement Mondial, on y viendra, de gré ou de force ".

Et maintenant, aux commandes, on a un ... imbécile, entouré d'imbéciles. .

 

 

 


16 février 2013 : Moi, j'aurais replongé aussitôt. Dommage qu'elle ne veuille pas témoigner. Lien


14 février 2013 : Le toît du sarcophage de Tchernobyl s'est effondré sous le poids de la neige. Lien


25 janvier 2013 : L'Amant de Mamy Wata Lien


22 janvier 2013 : 52 ans plus tard, des propos d'une singulière actualité. Lien



14 janvier 2013.

- Faquin butor de pied plat ridicule !

- Et moi, Cyrano de Bergerac....

Lien


* 20 janvier 2013 : Quand personne ne croît plus à rien, instrumentaliser la peur rester l'ultime outil de maintien d'un pouvoir sur les hommes. Lien

Une vidéo qualifiée "d'antisémite " par un lecteur.


 

Eh oui, ça existe ....

 


20 décembre 2012 : Je crois que la réalité est encore bien pire que ce vous trouverez dans ces vidéos. Enquête à faire sur les sociétés étrangères s'occupant de maintenance d'avions de lignes, implantées sur le territoire américain.Lien


9 décembre 2012 : Dans la rue de mon coeur. Poème d'Héloïse, 12 ans, lien


5-6 décembre 2012 : Donné trois séminaires à 'Institut de Mathématiques de l'université de Toulouse Mirail. Thème : "Développement du modèle cosmologique à constantes variables". Lien1, Lien2


27 Novembre 2012 : Ma collection de DvD, dans le plus grand désordre. Lien


24 octobre : Il fallait y penser !! 16 octobre 2012 : Chute Libre


9 octobre : Fantastique description des contrats dont bénéficient les entreprises non européennes en matière de fourniture de composants de haute technologie pour ITER. Pourquoi les Russes, les Chinois, les Indiens, les Américains "contribuent au projet". Parce qu'ils développent ainsi des technologies qui trouveront leur réemploi dans d'autres projets Hi Tech (comme les Z-machines, entre autre). En France, les entreprises françaises feront des progrès en matière d'aménagements routiers, de constructions en béron. Mais les accords concernant les contributions des uns et des autres seront respectés (...).

http://www.come4news.com/iter-un-trou-noir-strategique,-economique-et-financier-142338


30 septembre 2012 : Le GESTO relooké. Lien


*12 septembre 2012 : Le Belem, un lavage de cerveau à l'eau salée. Lien


*12 septembre 2012 : La troisième guerre mondiale, pour bientôt ?

http://www.dailymotion.com/video/xtd437_sans-retour_news#from=embediframe

La Chine menace l'équilibre économique des USA, par son expansion. La pays de l'Oncle Sam est ravagé par l'immoralité absolue et imbécile d'un Wall Street jouant à fond dans la spéculation, se moquant éperdument de la paupérisation des basses couches de sa population. Un récent reportage d'ARTE sur Goldman Sachs, la banque la plus puissante du monde (deux fois le budget de la France), a été promptement enlevé du net. Avec ses 30.000 agents, cette banque, au main d'ambitieux imbéciles, s'imagine " faire le travail de Dieu ", selon son directeur général, (à moins que ce ne soit ... celui du diable ?), en jouant contre ses propres clients (elle est à l'origine de l'affaire des "subprimes"), en déstabilisant des gouvernements (le coup de grâce donné à la Grêce, à travers un prêt secret, à fort taux, aggravant la situation du pays) et en plaçant ses hommes partout dans le monde. Nous sommes gouvernés par des abrutis, et la France ne fait pas exception à la règle, loin s'en faut. Hollande ne vaut pas mieux que Sarkozy. De toute façon, ils ont les mêmes patrons. .

Les USA avaient gagné, contre l'ex-URSS, la première guerre 100 % économique de l'histoire. Forcés à développer des armements, jusqu'à mettre leur économie exangue, les Russes avaient vu leur économie s'écrouler et leur empire partir en lambeaux. La Chine inquiète maintenant l'Amérique, du fait de son développement économique très "agressif". Ce grand imaginatif qu'est Obama, sans doute conseillé par le lobby militaro industriel, envisage de rejouer le coup, en encerclant Russes et Chinois, pour les contraindre à développer des armes équivalentes. Un jeu des plus dangereux.

Je ne savais pas que les USA disposaient de 18 sous-marins de la classe " Ohio "....

J'ai été récemment interviewé par la revue Inrockuptible, en tant que " conspirationniste ". L'article est paru, dans son numéro 876, 12 au 18 septembre 2012. Des amis m'avaient dit " ce journal est très lu". Le papier est médiocre. C'est du journalisme "people", et je regrette d'avoir accordé cette interview à ce journal. Cela ne se reproduira plus. Je ne suis pas prêt à faire n'importe quoi "pour avoir mon nom dans le journal".

J'avais demandé à la journaliste, qui était descendue pour m'interviewer, où elle avait trouvé de qualificatif de conspirationniste, ou de complotiste et qui l'avait attaché à mon nom.

- Dans les forums, m'avait-elle répondu.....

où les intervenants s'expriment sous des pseudonymes. Voilà donc la source d'information sur laquelle se basent ces "journalistes".

Quelques jours plus tard, elle m'avait rappelé en me demandant si je pouvais lui envoyer un document "prouvant que j'avais bien été au Cnrs", car sur les forums "certains mettaient cela en doute". Je lui ai renvoyé la lettre que m'avait adressé le service des accidents du travail de la maison, il y a sept ans, au moment de mon départ en retraite.

 

 

( Demande à laquelle je n'ai pas souscrit, cette pension, correspondant à un taux de 8 % d'invalidité permanente, se monte à 75 euros par trimestre. Je ne touche donc plus cette ridicule pension depuis 7 années ).

Un clic lui aurait permis d'avoir, par exemple, accès à ma biographie (incomplète) sur Wikipedia.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Pierre_Petit

 

Si vous appelez cela du journalisme, moi pas.

 

 

 


 

28 juin 2012 : Les musiques que j'aime. Lien       En contrepoint, 3 août 2012 : Endoctrinements. Lien

 

16 juin 2012 : Il y a un mois, j'avais donné une conférence sur ITER dans le cadre des soirées de Gargas ("Gargas Café"), organisée par Thierry le Roy.

J'avais accepté de participer à cette soirée dans la mesure où Monsieur Le Roy m'avait assuré que l'enregistrement vidéo de ma conférence ne ferait l'objet d'aucune exploitation commerciae et que le fichier pourrait être libremnt dupliqué ou sous-titré, à condition de ne pas en modifier le contenu.

Le lien téléphonique de l'association qu'il gère :

06 79 94 02 45

et l'e-mail du " Gargas Café " :

Dans les semaines qui précédèrent cette soirée, celui-ci tenta en vain d'obtenir un débat auquel participeraient des représentant du CEA et d'ITER Organization. En répondant négativement, ceux-ci justifièrent leur refus en arguant que je me livrais contre eux à des attaques personnelles. Mais Jean Jacquinot, fondateur de l'Institut de Recherche sur la Fusion Magnétique, sis à Cadarache, actuellement en retraite (mais exercçant les fonction de conseiller scientifique du directeur de 'Institut de Recherche sur la Fusion Magnétique, sis à Cadarache) , accepta néanmoins de donner une interview dans son bureau, que Monsieur Philippe le Roy put enregistrer en vidéo.

Cette interview fut projetée lors de la soirée du Gargas Café. Monsieur Le Roy me confirma téléphoniquement (je ne voudrais pas déformer les paroles de qui que ce soit) que Monsieur Jacquinot avait déclaré lors de cette interview qu'ITER avait été conçu pour pouvoir résister " à trois mille disruptions de forte intensité ".

Je ne suis pas en mesure de produire cet enregistrement, pour la raison qui sera exposée plus loin.

Initialement, il avait été prévu que Monsieur Le Roy effectuerait un montage, à partir des éléments enregistrés lors de cette soirée. Après la projection de l'interview, je fis mon commentaire et expliquai, maquettes à l'appui (ce pourquoi j'avais besoin de mes deux mains) le fonctionnement des tokamaks, et d'ITER en particulier, et pourquoi je pensais que cette entreprise ITER était vouée à l'échec, du fait de l'instabilité foncière de ces machines (disruptions).

Un mois plus tard, je n'avais toujours pas eu de réponse à des mails ou messages téléphoniques laissés à Monsieur Le Roy. Quand je pus le joindre au téléphone, il y a quelques jours, il me déclara que le le son des enregistrement était de mauvaise qualité, "qu'il y avait du souffle".

Ce soir-là, il ne disposait pas de micro HF. Comme j'étais venu une heure plus tôt nous pûmes faire des essais avec un micro conventionnel, pendu à mon cou, qui se révélèrent satisfaisants, après réglages.

Je fus donc surpris quand il me signifia sa décision de ne pas opérer le travail de montage des éléments et la mise en ligne prévue, prétextant la mauvaise qualité du son enregistré.

- Mais ces enregistrement sont audibles, ce qui est dit est parfaitement compréhensible, non ?

- Oui, mais comme je vous l'ai dit, le son n'est pas de qualité. Il y a du souffle.

- Les gens qui, sur le net, auront accès à cette vidéo sont plus intéressés par ce qui est dit que par la qualité du son.De plus ce souffle doit pouvoir être arrangé par filtrage.

- Je regrette, je ne mettrai pas ces documents en ligne.

Je lui demandais alors de m'envoyer une copie des enregistrements me concernant.

- Mais cela représente des giga-octets !

- Tout cela peut être mis aisément sur un ou plusieurs DvD. Je vous demande de m'envoyer l'enregistrement de ma propre conférence. Si vous estimez que la mention de votre association et du lieu où la conférence fut enregistrée serait de nature à vous porter tort, à vous, à votre association et au Gargas Café je pourrait faire en sorte que tout ceci ne soit pas mentionné. Je ferai moi-même le montage et la mise en ligne.

- C'est délicat. Je ne le peux pas, car on verra les tables, à l'arrière plan (...). De plus votre présentation est brouillonne et confuse, et de ce fait peu convaincante (aucun membre de l'assistance ne fut de cet avis).

Ayant averti certaines personnes qui avaient assisté à la conférence, celles-ci appelèrent Monsieur Thierry Le Roy, en lui demandant de m'adresser ces enregistrements. Pour toute réponse celui-ci répondit à monsieur Jansberg qu'il les avait détruit.

Les internautes ne pourront donc pas voir l'enregistrement de cette conférence. Mais cela ne sera que partie remise.

Ceci ne se reproduira plus.

J'enregistrerai moi-même, à mon domicile, une série de vidéos sur les sujets ITER, nucléaire, énergies renouvelables, et pour cela je dispose du matériel nécessaire.

Si j'étais amené dans l'avenir à donner de nouveau une conférence devant un public, ou à participer à un débat, ce serait en doublant l'enregistrement effectué, pour ne pas être confronté à une aussi incroyable incorrection : l'effaçage pur et simple des enregistrements.

Tous les éléments que j'ai pu collecter ces derniers mois convergent vers la même conclusion. Le projet ITER est déraisonnable et ne saurait être sauvé par des modifications, des aménagements. C'est une chimère absurde.

Il se trouve que très récemment l'Autorité de Sûreté Nucléaire a rendu son avis favorable quant à l'implantation à Cadarache de l'INB, de l'Installation Nucléaire de Base ITER.

 

Extrait de :

http://www.maritima.info/depeches/societe/departement/14379/iter-se-felicite-des-avancees-dans-la-construction.html

Alors qu'il était en pleine session, Iter Organization a reçu un courrier officiel de l'Agence de sûreté nucléaire (ASN) française, jugeant qu'au "terme de 18 mois d'examen approfondi (...), les conditions opérationnelles et le désign d'Iter (étaient) conformes aux exigences de sûreté".

Le texte de cette communication AFP et mon commentaire

 

Si je ne m'étais pas manifesté au cours de l'été 2011 celle-ci aurait rendu cet avis dès le mois d'août de cette même année, faisant suite à l'avis "positif avec recommandations" rendu par M. Grégoire, porte parole de la commission d'enquête publique.

Sauf erreur, l'ASN avait différé le rendu de son avis à février 2012, et celui-ci vient finalement d'être paraphé en juin 2012, la suite logique étant que le projet soit déclaré " d'utilité publique " par le préfet.

Le 26 juin prochain le Journaliste Robert Arnoux, ex grand reporter au journal la Provence, donnera à 17 heures une conférence de presse dans la salle de l'Académie de Marseille, réservée aux communications publiques, au niveau 1 de la bibliothèque de l'Alcazar (BMVR, Cours Belzunce, Marseille). Voici le texte d'annonce de cette conférence de presse :

Situé sur le site nucléaire de Cadarache, Iter consiste en effet à construire la plus puissante des machines de fusion jamais mises au point par l'homme en assemblant pour cela des éléments monumentaux, préfabriqués dans une dizaine de pays. Une fois en ordre de marche, cette machine permettra de démontrer la faisabilité scientifique et technologique de cette source d'énergie du futur que les scientifiques considèrent dès à présent comme inépuisable, universellement disponible, propre et sûre.

Ancien grand reporter au Méridional puis à La Provence, Robert Arnoux a notamment co-écrit avec le physicien Jean Jacquinot, "Iter, le chemin des étoiles"; un ouvrage paru en 2006 chez Edisud et aussitôt distingué par le prix Duc de Villars que décerne chaque année l'Académie des Sciences, Lettres et Arts de Marseille.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Je serai présent dans la salle et j'espère pouvoir dire quelques mots de commentaires. J'amènerai aussi quelques exemplaires de mon article de 2011 : " ITER, chronique d'une faillite annoncée ", diffusée au sein du Parlement Européen, en français et en Anglais, sans grand écho du reste, que je pourrai remettre à des journalistes présents.

J'ai lu avec attention l'ouvrage cosigné par MM. Arnoux et Jacquinot et je ne saurais trop recommander à mes lecteurs d'en faire l'achat. En effet cet ouvrage est riche d'enseignements.

Il est composé de trois parties.

- La première est une vulgarisation traitant du nucléaire.

- Suit une présentation très simplifiée de la physique des tokamaks (ITER est un tokamak) où tout se résume, sous la plume des auteurs, dans l'évocation "de l'accroissement du temps de confinement". Le chapitre III porte le titre évocateur " le Démon est dans le plasma ", mais en dehors de ce titre très journalistique, le lecteur reste sur sa faim quant à l'aspect "démoniaque" du plasma des tokamaks, ô combien réel.

L'iconographie est très riche. Le livre retrace l'histoire de la fusion dès l'après guerre.

Le mot disruption, qui est quand même l'obstacle majeur de l'entreprise ITER ne figure qu'une fois, page 65, dans un encadré évoquant les machines dites Stellarators. Citons le passage :

Si les processus fondamentaux qui régissent la diffusion de la chaleur dans les deux configurations ( tokamak et stellarator ) sont similaires, le stellarator présente deux avantages significatifs : l'absence de courant au sein du plasma permet d'éviter des disruptions occasionnelles susceptibles d'affecter la fiabilité et la longévité de la machine, et dans la mesure où il n'est pas nécessaire de maintenir le courant par un important dispositif externe, le fonctionnement de la machine s'en trouve grandement simplifié.

Le livre présente l'histoire des tokamaks dans le monde, en commençant par les 20 millions de degrés obtenus par les Russes en 1968 (conférence de Novosibirsk) pendant un millième de seconde.

Les Français, sous l'impulsion d'un brillant ingénieur, Paul Henri Rebut, remportent "le ruban bleu de la fusion" en 1973, qu'ils conserveront pendant trois années, grâce à une machine TFR (Tokamak de Fontenay aux Roses), construite en trois années, ayant un volume de chambre d'un mètre cube. La machine française porte alors le temps de confinement à quelques dizaines de millisecondes.

Est ensuite évoquée la naissance du JET (le Joint European Torus, installé en Angleterre, à Culham. Rebut, cité dans l'ouvrage de John Wesson, ayant largement participé à sa conception. Cette machine représente un pari, où le volume de la chambre est multiplié par un facteur 100. C'est, en matière de fusion, un paramètre clé.

Le premier fonctionnement avec un mélange 50/50 de deutérium et de tritium, dans cette machine, sera obtenu, sur cette machine, en 1997.

Page 76, les auteurs du livre publient un encadré intitulé " le coup de pouce de Mogadicio ", expliquant pourquoi les Allemands, opposés aux Anglais, quand à l'implantation de ce projet, se sont soudainement retirés. Mogadicio est une localité de Somalie où les membres de la "bande à Baader" s'étaient emparés d'un avion de la Lufthansa. Grâce à des renseignements et à du matériel obligeamment prêté par les services secrets anglais, les Allemands ont pu se rendre maître de l'appareil, sans qu'aucun des 86 passagers ne soit tué, trois des quatre terroristes ayant été tués, le quatrième étant blessé.

Arnoux et Jacquinot terminent en écrivant :

L'opération se soldait par un succès total et, en gage de reconnaissance, Helmudt Schmidt, dit-on, décida de se montrer plus accommodant sur le site d'implantation du JET.

Le 25 octobre (1977), les partenaires arrêtaient leur choix en faveur de Culham.

Le livre se poursuit en évoquant les avancées effectuées dans les différents pays, photos des installations à l'appui. Le TFTR américain de Princeton libère, avec un mélange 50/50 de deutérium-tritium, 3 mégawatts de fusion en 1993, soit le double de la première fusion obtenue au JET en 1991. La machine atteint 10 mégawatts en 1994, pendant une à deux secondes.

D'autres machines sont citées : l'ASDEX du Max Planck Institue Allemand, le JT-60 Japonais.

Le chapitre V est consacré à la machine française Tore Supra, implantée à Cadarache, qui est la première à fonctionner avec des aimants supraconducteurs, autorisant des fonctionnements de longue durée (jusqu'à 6 minutes), mais sans produire de réactions de fusion.

Cette machine était aussi censée fournir des résultats essentiels sur la tenue de la première paroi. Dans un tokamak, un système, où s'effectue en particulier le pompage de la "cendre" de fusion, quand fusion il y a, est censé se charger de l'élimination des polluants lourds (arrachés à la paroi). Il encaisse au passage 80 % de la puissance thermique dégagée. Au tout début il semblait naturel que cette première paroi puisse être composée par des plaques de CFC (composé de carbone). Mais les expériences menées sur Tore Supra montrèrent que le carbone se sublimait (phénomène de sputtering), la chambre se peuplant d'atomes de carbone. Le problème n'aurait pas présenté de difficulté insurmontable, du fait du refroidissement radiatif engendré (qui varie comme le carré de la charge électrique portée par l'ion). Mais ces atomes firent montre d'une forte affinité pour l'hydrogène présent dans la chambre en donnant différents carbures ayant la malencontreuse idée de s'infiltrer dans les tuiles de couverture. Le phénomène dopant cette première paroi de carbures de tritium, rendait celle-ci radioactive, et entraînait de fait de devoir considérer ces plaques de couverture comme des déchets, ce qui entraîna en 2006-2007 l'abandon de la formule, au bénéfice du béryllium, un métal qui fond à 1250° alors que le carbone se sublime à 2500°C.

Le livre est peu disert sur les difficultés rencontrées, sur le phénomène destructeur des disruptions, sur celui des "électrons découplés", démultiplié par un "effet d'avalanche" ( multiplication par un facteur 10.000 sur Tore Supra, prévu d'un facteur dix puissance seize (...) sur ITER ). Aucune mention d'un phénomène d'instabilité découvert sur le JET, les VDE (vertical displacement effects), marquant l'effondrement soudain du plasma sur son divertor, phénomène s'accompagnant de forces considérables agissant sur la structure. Pas un mot sur les N causes d'instabilité du plasma des tokamaks, instabilités en dents de scie, de bord, de toutes longueurs d'ondes et de toutes formes. L'explication donnée de vive voix par Robert Arnoux (nous nous connaissons depûis 35 ans) est le souhait de rester accessible au grand public.

Ce qui est important en matière de fusion et de technologie des tokamaks est malheureusement ce qui ne figure pas dans l'ouvrage de Robert Arnoux et de Jean Jacquinot. Il est exact que les multiples instabilités dont souffrent ces machines sont des phénomènes difficiles à expliquer. Mais n'en point parler ameène hélas à ignorer l'existence de tels phénomènes, connus depuis les années soixante-soixante dix et dont dans la majorité des cas on ignore :

- Les mécanismes

- Les causes.

Cet aspect des tokamaks relève de l'empirisme le plus complet, appuyé sur ce qui est qualifié dans les 10 pages qui me sont consacrées, dans le site du CEA de "lois ingénieurs".

Page 102, ITER est présenté comme une étape vers un réacteur électrogène industriel, alors qu'ajourd'hui tous les spécialistes qui soutiennent encore ce projet, ne voient en cette machine "qu'un outil de recherche susceptible de faire avancer les recherches sur la fusion", malheureusement un peu cher. La moitié de l'ouvrage se réfère au combat politique qui opposa les différents pays concernés pour pouvoir accueillir le projet sur leur sol. De 1992 à 1994 le français Paul Henri Rebut est le premier directeur d'ITER.

On mentionne le refus initial des Américains.

Des pronostics défavorables sont émis par un groupe de théoriciens de l'Université du Texas : "sans modifications majeures de ses caractéristiques, ce réacteur sera incapable de maintenir une réaction continue générant plus d'énergie qu'il n'en consommera". Un an et demi plus tard, le président de la Commissions des Sciences de la Chambre des Représentants, James Sensenbrenner confie à la revue Physics Web qu'ITER est projet totalement déraisonnable, qui accapare des fonds précieux, lesquels auraient été mieux placés dans des programmes de fusion moins coûteux et plus efficaces. Les objectifs assignés au projet ne pourront être atteint. Iter est une impasse".

L'ouvrage fournit l'interprétation de cette attitude, dont le fondement scientifique subsiste aujourd'hui. Voir la communication de Glen Wurden en septembre 2011 au colloque de Princeton (version française) consacrée "aux grands tokamaks de la classe d'ITER". Mais, selon Arnoux et Jacquinot, si les Américains traînent des pieds, c'est parce qu'ils ne sont pas les maîtres d'oeuvres du projet.

La genèse du projet ITER connaît plusieurs maîtrises d'oeuvre successives. Robert Aymar, qui avait été responsable de Tore Supra depuis sa conception, dirige l'équipe internationale Iter de 1994 à 2004. Le dessin des installation mobilisera au total près de 2000 ingénieurs et techniciens. Puis il quitte le monde des tokamaks pour aller diriger le projet du LHC à Genève en laissant à son successeur des mètres cubes de plans. En 2005 c'est un Japonais, Kaname Ikeda, ambassadeur du Japon en Croatie (...) qui devient le directeur du projet. Un homme qui ne connaît strictement rien à la physique des plasmas (...).

Je vous laisse découvrir, dans la suite de l'ouvrage, les photos de banquets, de réunions, où l'ex-astronaute Claudie Haigneré est accompagnée de son conseiller scientifique, Bernard Bigot, actuellement Haut Commissaire à l'Energie Atomique. Au hasard des pages, on découvre Michel Châtelier, qui fut un des directeurs successifs de l'IRFM ( Institut de Recherche sur la Fusion Magnétique).

Le 30 juin 2005 Jacques Chirac prend congé de son hôte, Pascal Amenc Antoni, directrice du Centre de Cadarache (dont le mari n'est autre que le directeur de l'Institut de Recherche sur la Fusion Magnétique, sis dans ce même centre). Il est tout sourire. "C'est une Europe qui a montré que quand elle savait être unie, solidaire, elle pouvait gagner un combat essentiel pour le développement durable". Il termine en disant :

- Bravo et Merci.

A l'entendre nous avons gagné ... le gros lot....

Les Japonais ( nous sommes bien avant Fukushima, et l'excellence japonaise est au premier dans de la fusion dans le monde ) se sont inclinés. Le bruit court que ce renoncement aurait été obtenu par la promesse de la France de soutenir la candidature du Japon pour son entrée vers le Conseil de Sécurité. Un tel arrangement n'aurait rien d'étonnant, quand on voit ce qui, selon Arnoux et Jacquinot, aurait motivé le renoncement allemand, au profit des anglais, pour le JET.

Voilà où en sont les choses. J'ai déjà exprimé mon avis dans différents papiers, qui n'ont guère débordé le cadre de mon site et d'autres qui ont repris ces textes, en tout ou partie. Aucun écho dans les grandes revues de vulgarisation scientifique ( l'envoi d'un article à Pour la Science n'a été suivi d'aucun écho ).

La lecture de l'ouvrage nous explique pourquoi ITER est un express bien difficile à stopper. Sur intervention du Polytechnicien René Pellat, au temps où celui-ci était Haut Commissaire à l'Energie Atomique) les partenaires régionaux s'engagèrent à hauteur de 450 millions d'euros, sur la promesse d'une manne d'emplois et de contrats de sous traitance.

Fin 2011, si l'on avait voulu stopper ITER ( ce qu'il aurait fallu faire ), l'ardoise aurait été déjà de quelques trois milliards d'euros. Elle ne fera que s'alourdir. De nouveaux contrats ont été passés, et maintenant que l'ASN a donné son feu vert, en feignant d'ignorer complètement le grave problème des disruptions, l'argent coulera à flot.

Reprenant la phrase du prix Nobel Japonais Masatoshi Koshiba " ITER n'est plus entre les mains des scientifiques, mais des politiciens et des hommes d'affaire".

Ce qui me choque n'est pas tellement cette "faillite annoncée" que l'attitude des Verts français, auxquels j'ai eu l'occasion de me frotter. Je reproduirai ci après les récents propos de Daniel Cohn Bendit, qui n'y va pas avec le dos de la cuillère.

 

Source : AFP :

Le député écologiste européen Daniel Cohn-Bendit livre dans un entretien à paraître vendredi dans Libération un réquisitoire très dur contre Europe Ecologie-Les Verts, dont "l'image est devenue détestable", et contre la "chef de clan" Cécile Duflot, tout en menaçant de quitter EELV.

"On existe à l'Assemblée, au Sénat et au gouvernement, mais plus dans la société. Nos succès institutionnels ne sont pas accompagnés, bien au contraire, d'une dynamique citoyenne. Notre image est devenue détestable. Nous avons échoué là où on voulait redonner espoir en faisant de la politique autrement. Aujourd'hui, nous incarnons souvent l'insoutenable légèreté de l'arrivisme", assène "Dany" dans cet entretien.

Invité à préciser ses reproches, M. Cohn-Bendit, régulièrement critique contre sa formation, souligne le comportement de la secrétaire nationale d'EELV: "Quand on (la) voit par exemple, dans un documentaire, brandir son stylo en jurant qu'elle ne signera jamais un accord avec le PS sans la sortie du nucléaire, et qu'évidemment on le signe quand même car c'est un bon accord, cela est dévastateur."

"Le plus détestable a été la course aux maroquins ministériels, y compris chez mes propres amis", lance-t-il, alors que Mme Duflot ou le patron des sénateurs écologistes Jean-Vincent Placé avaient fait amende honorable, quelques jours avant l'annonce du premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault, pour "l'image de chasse aux portefeuilles" qu'ils avaient donnée, selon les mots de M. Placé.

J'adhère totalement à ces propos (ce qui ne veut absolument pas dire que je m'aligne sur ses propos néo-libéraux, en général, bien au contraire. Ce sont en général les propos d'un homme qui n'a jamais travaillé de sa vie, jamais produit et qu'on peut qualifier de "politicien professionnel", avec tout ce que cela comporte de limites, d'aveuglement et de compromission. (A tout hasard, coup d'oeil à ce dossier sur ce caméléon politique, qui n'engage que son auteur ).

Mais il se trouve qu'à propos des gens d'EELV, ses propos rejoignent mon opinion, défavorable.

Ces gens n'ont aucune vision d'envergure, aucun talent, aucune imagination. Ils ne font que se féliciter d'avoir obtenu 18 sièges à l'Assemblée. Les lunettes vertes, sur le nez d'Eva Joly, sont l'équivalent, en matière d'image, de la chemise blanche, au col largement ouvert, de Bernard Henri Lévy.

Ces gens papillonnent, palabrent, jouent les importants, posent lapins sur lapins. On sait que Cécile Duflot croyait, en 2011, que le Japon était dans l'hémisphère sud. Après l'élection de Hollande, beaucoup se voyaient déjà ministres.

Des gens parlent de démarches effectuées, via le Parlement Européen, pour obtenir un audit scientifique sur le projet Iter (qui est un corps sans tête, sans véritable direction scientifique, à la différence du JET). Cet audit mobiliserait alors des scientifiques issus de différents pays, de haut niveau. Serais-je dans le lot ? Franchement, rien n'est moins sûr, alors que je crois avoir, depuis un an, suffisamment creusé le dossier pour être à même de poser les bonnes questions.

Quand je parcours le livre d'Arnoux et de Jacquinot, je réalise dans quoi je me suis fourré. Cette saga Iter est une histoire gigantesque, délmesurée, constellée de belles images de synthèse qui scintillent comme les vitraux d'une cathédrale pour ingénieurs. Très récemment, la revue Scientific American a publié un article sur Iter. Le journaliste recueille les remarques d'un membre du team iter, qui sort d'une réunion :

- Les Coréens voulaient qu'on mette le tuyau à droite, mais les Russes pensaient que ça serait mieux à gauche. Quelqu'un a alors suggéré de le mettre au milieu, mais un autre à fait remarquer qu'il passerait alors au milieu de je ne sais plus quoi. J'ai demandé à Motojima pourquoi, en tant que directeur, il ne prenait pas la décision. Mais il m'a répondu " si je faisais preuve de trop d'autorité, les gens risqueraient de mal de prendre ".

Il y a une vidéo qui montre le début du montage de la machine. Un pont roulant amène les bobinages supraconducteurs de 265 tonnes, enfermée dans une puissante armure d'acier, qui assurent au passage la résistance mécanique de l'assemblage. Grâce à l'informatique, tout marche comme sur des roulettes. Les énormes pièces sont ajustées à quelques millimètres près.

Avec le JET les chercheurs ont découvert que les disruptions pouvaient créer des forces considérables dans la structure et lui ont donné une certain souplesse, pour amortir ces chocs qui se jouent sur des millisecondes. Rien de tout cela sur Iter, où tout est rigide. Que se passerait-il si un des éléments supraconducteurs était endommagé, pour une raison quelconque ? On sait que la géométrie magnétique ne souffre aucune distorsion. Elle se comporte comme une paroi immatérielle, et un défaut à l'intérieur d'une de ces bobines peut créer une "bosse" laquelle, aussi faible soit-elle, peut engendrer une instabilité catastrophique. Combien de temps pour changer un tel élément ? Que se passera-t-il si une disruption, s'accompagne d'un jet d'électrons découplés ( 11 millions d'ampères prévus dans ITER, avec des énergies de 10 à 30 MeV ) qui, tombant à la jonction de deux cassettes, réalise entre elles une magnifique soudure à l'arc ? Comment réagira la première paroi en béryllium dont l'épaisseur sera d'un petit centimètre ( un type de l'équipe me l'a confirmé ) ?

Accessoirement, je reviens du colloque international de Prague, où nous sommes allées présenter nos résultats expérimentaux, réussis, sur l'annihilation de l'instabilité de Vélikhov, réalisés dans le garage de Jean-Christophe Doré, à Rochefort. Un ... anti-ITER, en quelque sorte. Très jolies images, vous verrez.

 

 

 

Valentin Smirnov, directeur du département fusion à l'Institut Kurtchatov des Hautes Températures de Moscou devait à l'occasion nous parler du projet russe Baïkal, une Z-machine capable de développer de 40 à 60 millions d'ampères, en 150 nanosecondes. Mais il se décommanda au dernier moment, comme le fit l'Américain Zytgar en Corée en 2010. Il est vrai que ces engins sont étroitement liés à la défense.

 

 

Pour info, la température atteinte dans ces machines croît comme le carré de l'intensité électrique. En 2005 la Z-machine de Yonas, avec ses 16 millions d'ampères, avait permis de monter à 3,7 milliards de degrés, ce que Malcom Haines avait confirmé au colloque de Biarritz, où Doré et moi nous nous étions rendus en 2011. Faites le calcul. Le monstre russe devrait permettre de monter à 50 milliards de degrés. Avec un coût du centième d'ITER.

Quelque chose est en train de se jouer, très rapidement, entre les Américains et les Russes, dont nous, Européens, sommes exclus. La Z-machine française, le Sphinx des militaires de Gramat, est hors jeu : trop lente, avec ses 800 nanosecondes de temps de montée. Par ailleurs les petits polytechniciens ingénieurs militaires qui gravitent autour ne seraient pas à la hauteur du problème. On a vu leur inexistence complète au colloque de Biarritz, en 2011. Au lieu de flanquer un fric insensé dans la chimère Iter, et dans son frère jumeau, le laser mégajoule, on ferait bien mieux de mettre quelques billes dans cette affaire-là. En 2006 Christian Nazet et moi-même avons vainement essayé d'attirer l'attention sur ces engins. Je me souvens du message que Nazet reçut en retour :

- Rien ne se fera sans l'aval des militaires.

Alors, comme pour la MHD dans les années quatre vingt : rien ne se fera...

Notre propre communication :

 

 

Jean-Christophe Doré dans le "laboratoire Lambda" :
un coin de garage de quelques mètres carrés

Je mettrai incessamment le texte de la communication en ligne

Croquis divers

Cliquez sur ce lien :

 

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/70061.htm

 

Vous verrez qu'Areva développe en Inde une centrale à solaire thermique de 250 mégawatts. Pourquoi pas en France ?

Energie


Areva construit dans le Rajasthan la plus grande centrale solaire à concentration de l'asie

AREVA Solar, filiale d'AREVA, a été sélectionné par le groupe indien Reliance Power Limited pour la construction en Inde d'une installation d'énergie solaire à concentration (CSP) de 250 MW, la plus grande de toute l'Asie à ce jour. Le projet s'inscrit dans le cadre du programme indien de production d'énergie propre prévoyant d'accroitre de 20.000MW la capacité de production d'énergie solaire d'ici à 2022 et d'éviter ainsi l'émission de 557.000 tonnes de CO2 par an par rapport à une centrale conventionnelle au charbon.

Dans l'état du Rajasthan, AREVA construira deux centrales CSP de 125 MW utilisant la technologie thermique solaire à concentration et fournira des activités d'assistance au pilotage du projet. La première centrale du programme est en cours de construction et sa mise en service est prévue en 2013. J.P. Chalasani, Président de Reliance Power, a déclaré : " Reliance Power est fier d'être l'un des chefs de file pour le développement des énergies propres en Inde. Cette annonce n'est qu'un début. Nous avons hâte de travailler avec AREVA Solar et ainsi aider l'Inde à atteindre ses objectifs de production d'énergie propre grâce à ce type de projet ".

Luc Oursel, Président du Directoire d'AREVA, a déclaré : " AREVA se réjouit de participer au programme de développement des énergies propres. Nous apporterons toute notre expertise afin que l'Inde et Reliance en particulier deviennent des acteurs mondiaux de l'industrie solaire. Après notre succès dans l'éolien en mer en France, ce contrat conforte la stratégie d'AREVA dans le domaine des énergies renouvelables ".

Quelle "grande presse", quel "journal télévisé" se fait l'écho d'une telle entreprise, à l'époque où des parlementaires comme Bataille et Vido vantent le stockage massif du plutonium et le déploiement de réacteurs de IV° génération (alias surgénérateurs à neutrons rapides, refroidis au sodium) à partir de 2060, pour exploiter la mine des 300.000 tonnes d'uranium 238 français, issus de plus d'un demi siècle d'enrichissement isotopique ?

Eva Joly, qui participe à Rio à un sommet sur les énergies renouvelables connaît-elle la différence entre le solaire thermique et le solaire photovoltaïque ? Sait-elle qu'on peut transporter le courant en continu haute tension à des milliers de kilomètres avec 3 % de pertes par mille bornes ? Sait-elle que 180.000 MW sont déjà transportés dans le monde de cette façon et que le coût des lignes est du même ordre que celui des lignes en courant alternatif, qui nécessitent trois conducteurs (triphasé) au lieu d'un seul ? Connaît-elle les multiples façons de stocker l'énergie ?

17 avril 2012 :

L'Islande est un petit pays, de 320.000 habitants. Il s'y passe des choses. La population a décidé de modifier la constitution.

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/nouvelle-constitution-en-islande-114748

Vous lirez les détails. En attendant, les élections approchent. Entre deux pantins, vous avez le choix. Voir ces déclarations du "capitaine de pédalo" : Holsky ou Sarkoland

Marine le Pen se déclare favorable au soutien du projet Iter. Pourquoi ? Le sait-elle elle-même ? Elle doit probablement prendre le Pirée pour un homme.

J'ai vu qu'en Angleterre on commence à envisager la rupture du "splendide isolement". Enfin !

http://www.guardian.co.uk/environment/2012/apr/11/iceland-volcano-green-power?intcmp=122

Il n'y a pas que de l'énergie géothermique en Islande. Il y a aussi de l'éolien, et de l'hydrolien, en pagaille. L'exploitation de l'énergie géothermique, dans des régions à forte densité de population, n'est pas sans danger. Des essais on été faits en Europe. Quand on prélève de fortes quantités de chaleur dans le sous sol, un déséquilibre se créer, accompagné de mini-séismes. Mais en Islande cela ne poserait pas de problème, parce que la population est presque exclusivement concentrée dans la capitale : Reijkiavik, à l'extrême ouest de l'île (2/3 de la population dans cette seule ville).

 

islande géographie

J'ai bien aimé cette île. Je me souviens de Maurice Kraft, ranimant les geyser avec du produit vaisselle (qui abaisse de point d'ébullition de l'eau). Alors le geyser fatigué reprenait vie, crachant des centaines de milliers de bulles de savon. Je me souviens des Macareux, nichant dans l'île de Vestmanaeyjar (voir carte ci-dessus), volant au ras de l'eau avec leur pêche coincée entre langue et bec, avant d'aller rejoindre leurs terriers. Je me souviens de bains délicieux, prix dans une baignoire naturelle, fûmante, au beau milieu de nulle part, dans une lande gelée. Je me souviens des montagnes d'obsidienne noire et coupante.

Un voyage qui était parti d'un rêve, celui de retrouver, dans un cratère, celui du Snaeffel (snaeffelsjökull), l'entrée du chemin découvert par l'alchimiste du XVI° siècle, Aarne Sadnusssen, menant au centre de la Terre. Jôkull veut dire volcan, en islandais.

Le crytogramme, en runes

A l'enfant amoureux de cartes et d'estampes

L'univers est égal à son vaste appêtit

Ah, que le monde est grand à la clarté des lampes

Aux yeux du souvenir, que le monde est petit

Que qui sont ces vers, déjà ? Baudelaire, je crois.

L'île est barrée, du sus ouest au nord est par une faille constituant une jonction de plaques tectoniques qui peut jouer le rôle de barrière anti-séisme. Je me souviens d'un lieu où l'élargissement de la fissure avait carrément fendu un montagne en deux.

En conclusion : toute la partie est de l'Islande pourrait de venir "l'Arabie Saoudite de l'énergie renouvelable", à condition de consentir les investissements en conséquence.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_Islande

Comment transporter celle-ci ? Par des lignes haute tension acheminant du courant continu.

Dans l'article publié par le Gardian :

" Il y a deux lignes joignant la Hollande, la Belgique et la France, en direction de l'Angleterre. Mais neuf autres sont soit en construction soit à l'état de projets".

http://www.guardian.co.uk/environment/2011/jun/18/ireland-wind-power-grid

http://en.wikipedia.org/wiki/High-voltage_direct_current

en français :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_continu_haute_tension

Faites le calcul : puissance transportée à ce jour : 20.000 MW. La ligne construite par Siemens pour acheminer vers la côté l'énergie électrique produite en Chine par le barrage des trois gorges représentera 5000 MW sur 1400 km. Les liaisons portent sur 400 kV, et les projets vont jusqu'à 800 kV. En fait ces liaisons par courant continu (3 % de perte par 1000 km) s'imposent dès que les distances dépassent 500 km.

 

HVCD possibles

Les liaisons possibles d'acheminement de puissance en haute tension courant continu

Il serait souhaitable que les écologistes, les parlementaires, les ingénieurs et les académiciens consacrent plus d'attention à des projets de ce type, même si ces derniers posent des problèmes politiques qu'on ne saurait négliger.

Je poursuis péniblement la rédaction de mon livre sur le nucléaire, Iter et autres sujets annexes. C'est long, laborieux. Je n'ai pas droit à l'erreur et ai dû lire des milliers de pages. Je compléterai cette analyse par la production de solutions à grande échelle.

_____________________________________________________

En ce moment je passe des visites pour l'aptitude à la plongée. Prise de sang, puis électrocardiogramme : OK. Dans quelques jours un "test d'effort". J'essayerai de passer des brevets dans des écoles de Marseille, histoire de pouvoir être admis au barbotage, avec ou sans en bouteilles, dans quelque lieu.

A 75 ans. Je tirerais bien la queue de quelques requins, quelque part, loin..

 

 

25 Mars 2012 : Fukushima, le risque inhérent à la présence d'éléments combustibles usagés dans la piscine de l'unité numéro 4 .

http://www.youtube.com/watch?v=Mq6hDakOuOs&list=UU-J6bDRfeGYfexcoaP4LeWQ&index=2&feature=plcp

15 mars 2012 : La rédaction d'un ouvrage sur Iter et le nucléaire est un gros travail. Mais c'est important. J'essaye de mettre en oeuvre mon talent de vulgarisateur. J'en profite pour inciter mes lecteurs à visionner le documentaire sur les déchets nucléaires :

http://videos.arte.tv/fr/videos/dechets_le_cauchemar_du_nucleaire-6454072.html

et à revoir " La bataille de Tchernobyl " à cette adresse :

http://www.youtube.com/watch?v=R9gE6-ZexZI

Version anglaise :

http://www.youtube.com/watch?v=yiCXb1Nhd1o

_________________________

Le mathématicien Jean-Marie Souriau s'est éteint hier

______________________

Pour répondre encore à des questions de lecteurs, qui souhaitaient me rencontrer à cette occasion : je ne serais pas présent à la Foire du Livre de Paris, les 16 au 19 mars prochains.

25 février 2012-7 mars 2012. Réponse à Jean Robin

Depuis quelques jours, je reçois de nombreux messages de lecteurs me demandant la raison de la suppression, le 15 février 2012, de l’accès aux 3 vidéos, toutes consacrées au sujet d’ITER, où j’ai été interviewé, en ligne sur le site d’Enquête et Débat.

Jean Robin a ensuite mis en ligne sur ce site , le 20 février 2012, un texte intitulé « Précisions sur Jean-Pierre Petit », où je suis, entre autres, qualifié de « menteur ».

7 mars 2012 : Cette page a plongé dans les oubliettes de l'actualité d'Enquête et Débat.

Voici comment y accéder, lire les commentaires et éventuellement en poster un autre :

http://www.enquete-debat.fr/archives/precisions-sur-jean-pierre-petit-40887

Par contre, l'icône conduisant à une page incitant les lecteurs d'Enquête et Débat à acheter les DvD de Jean-Pierre Petit est toujours en bonne place, sur la page d'accueil (50 euros pour chacun des trois coffrets de trois DvD), alors que le pourcentage convenu (3 euros par DvD vendus ) ne parvient plus à l'association Savoir sans Frontières, comme cela avait été convenu. Et cela depuis juillet 2011.

Abus de confiance.

Je n'ai personnellement nul besoin de la "publicité" que jean Robin prétend me faire, à travers ces interviews et je souhaiterais qu'ils soient immédiatement retirés et effacés. Il ne vend plus ces DvD qu'à son profit exclusif.

Des lecteurs m’interrogent sur les raisons de cet acharnement, lisible dans la page citée plus haut.

Je n’avais pas jugé utile de porter sur la place publique nos différends, ayant en ce moment des travaux urgents à boucler et bien d’autres sujets plus importants sur lesquels concentrer mon attention. Je m’étais contenté d’indiquer sur mon site, sans en donner la raison, que je ne serais pas présent à la Foire du Livre, à Paris, les 16-17-18 mars 2012 et que je ne suis pour rien dans la supression d’accès aux vidéos, opérée par Jean Robin le 15 février 2012.

Mais les allégations mensongères de Jean Robin me contraignent à apporter une réponse.

Dans son article, Jean Robin écrit « Reprenons l’historique ». Voici le véritable historique. 

 

Prise de contact :

Jean Robin me contacte en mai 2011 et me sollicite pour une interview sur le thème de la «liberté d’expression». Avant cela, je ne connaissais ni son site, ni sa maison d’édition, ni sa personne. En regardant son site, l’idée de «donner la parole aux gens et d’organiser des dialogues/débats sans tabous » me parait intéressante. J’accède donc à sa demande d’interview et il passe chez moi le week-end du 21-22 mai 2011, durant lequel, nous avons enregistrons 5 heures d’interview.

Avant sa venue chez moi, il n’est nullement question de vente. A mon domicile, Jean Robin exprime son souhait de commercialiser ces interviews. Personnellement, de toute ma vie, je n’ai jamais vendu une seule interview ! Mais, songeant aux difficultés que peuvent rencontrer des petits médias indépendants, je décide d’accepter que Robin puisse gagner quelque argent en vendant ces interviews sous forme de DVD, ceci dans le but de l’aider.

Nous concluons donc un accord selon lequel, je ne touche personnellement pas un seul centime dans cette opération, mais où 3€ par DvD vendu (vendu directement par Enquête et Débat, sans intermédiaire, au prix de 20 euros, plus les frais de port) devront être versés à l’association Savoir Sans Frontières.


Première « réussite » :

La vente du premier coffret (DvD 1-2-3) est lancée et j’en fais, à la demande de Jean Robin, l’annonce sur la page d’accueil de mon site pour l’aider à démarrer. Ce premier coffret est une réussite (l’article de Robin en témoigne). Il revient donc chez moi passer un second week-end (les 16-17-18 Juillet 2011), durant lequel nous enregistrons 10h d’interview. A cette occasion, Jean Robin m’informe que 400 DvD ont été vendus en 5 semaines, et que donc 1200€ reviennent à l’association Savoir Sans Frontières. Il tient à filmer le moment où il me remet ce fameux chèque et à intégrer cette séquence dans les DvD en vente, ce qui lui donne au passage une bonne image.


Quand des doutes se font jour :

La vente du deuxième coffret (DvD 4-5-6) est lancée. Comme pour le premier, à la demande de Jean Robin, j’en fais l’annonce sur mon site, toujours dans l’objectif de l’aider. Mais le temps passe, et on ne voit plus arriver quoi que ce soit, correspondant en principe à la part revenant à l’association Savoir sans Frontières.

Jusque là, je suis sans méfiance. A partir de novembre, je demande à Jean Robin quel est l’état de vente du deuxième coffret et ce qu’il en est de la suite des ventes du premier. Je lui demande au passage sur quelle somme l’association Savoir sans Frontières pourra compter.. Sa réponse est alors très élusive : « heu, vous savez, le 2ème coffret ne se vend pas aussi bien que le premier. ».

Je lui dis qu’il est alors envisageable d’abaisser la part de Savoir sans Frontières de 3 à 2 euros par DvD vendu, dans l’idée de lui laisser plus de marge. Et en même temps, j’envisage qu’au vu de cette baisse des ventes le troisième coffret de 3 DvD puisse ne pas être édité.

Mais, peu de temps après, Jean Robin me relance, de manière pressante, en me demandant d’annoncer sur mon site la proche mise en vente du 3ème coffret, de manière à bénéficier de pré-paiements qui lui permettraient de financer l’opération sans prendre de risque. Je lui repose alors la question sur l’état de vente des premiers deux coffrets. Là, le ton change et devient incisif : « je vous rappelle que ma femme et moi, nous ne sommes ni retraités ni employés, nous ne sommes pas propriétaires, nous devons d’abord sortir notre loyer et nos salaires… ».

Je comprends à ce moment là que l’Association ne percevra plus un euros sur les ventes de ces 9 DvD d’une heure trente chacun.

D’ailleurs, dans une réponse que Jean Robin a donné @bernard (en date du 20 février 2012), on trouve  : « dès qu’on leur explique qu’on ne touche pas d’une retraite ni un salaire, les problèmes commencent… ».

Quels problèmes ?

Si j’avais su que les choses évolueraient de cette manière, je n’aurais jamais laissé se développer une telle opération dans laquelle l’association Savoir Sans Frontières et moi-même jourions le rôle de « caution morale » ! Il ne s’agit pas d’un simple désaccord sur l’exploitation de mon image, c’est une question d’honnêteté. Le fait est que la séquence où on voit Jean Robin me remettre ostensiblement un chèque de 1200€ lui confère une image durable de « mécène » vis-à-vis de l’association, puisqu’on la retrouvera présente sur tous les DvD, sans limitation de temps, alors qu’il était devenu rapidement clair que cette opération n’était plus pour lui qu’une source de profit.

 

Quand la situation se dégrade...

Entre temps, se situe la rencontre filmée avec Michèle Rivasi, le 16 novembre 2012, et ma longue interview sur ITER. Dans cette dernière, les lecteurs peuvent constater mon état de fatigue. Mais, étant donné l’importance du sujet, je tiens à faire rapidement ce travail et à donner des explications sur les aspects techniques du projet d’ITER. Pour que ceci soit plus facile à comprendre, de retour chez moi, je décide d’ajouter des schémas. Je prépare donc toutes ces images, en fournissant à Robin le timing précis. Il ne lui reste plus alors qu’à inserrer ces documents dans la vidéo, aux emplacement indiqués.

Ce sujet ITER est, à mes yeux, d’une grande importance. C’est pourquoi je souhaite que ces vidéos soient en accès libre à tout le monde. J’ai cru, quelque peu naïvement sans doute, que Jean Robin avait fait ces vidéos en accomplissant son devoir de journaliste ou par intérêt pour ce sujet.

Les jours passent, et la vidéo tarde à apparaître. Je me permets de demander à Jean Robin « quand la vidéo sera-t-elle mise en ligne ? ». Sa réponse, reproduite mot pour mot : « je ferai ça quand vous aurez fait la promotion du 3ème coffret sur votre site ».

Surchargé de travail, je reste littéralement estomaqué en me trouvant confronté à un tel chantage.

Ayant compris que je ne cèderais pas, face à son injonction, Jean Robin finit par mettre cette interview en ligne, en signalant (juste en bas de la vidéo) : "A noter que nous aurions pu en faire un DVD à commercialiser, mais vu l’importance du sujet, nous avons préféré le mettre gratuitement à la disposition du grand public, qui doit être informé".

Je lui demande immédiatement d’enlever cette phrase grotesque. Il ne donne pas suite. Au moment où j’écris ces lignes, elle figure toujours dans son site, sous l’image d’appel de cette vidéo.

Cette longue interview que j’ai donnée est le résultat d’un travail intensif, durant de longs mois, se traduisant par l’étude de plusieurs milliers de pages de documents et par des dizaines d’heures de discussions avec des spécialistes. Un travail effectué uniquement dans l’objectif d’informer les lecteurs et d’attirer leur attention sur les problèmes liés à ITER.

Dans l’esprit de Jean Robin, il en va tout autrement. Réaliser cet enregistrement, effectuer ce travail de montage, mettre cette vidéo en ligne représente à ses yeux une faveur insigne faite à ma personne, par quelqu’un qui se considère comme "LE journaliste qui, sur les 10 ou 15 dernières années, peut-être plus, en ait le plus fait pour JPP, sans la moindre contestation possible".

Il est à noter, au passage, dans cette phrase extraite de l’article qu’il a mis en ligne sur son site, que Jean Robin y modère quelque peu son propos. En effet, dans le message qu’il m’adresse le 3 février 2012 il écrit textuellement  : « Je pense avoir fait beaucoup plus pour vous que n’importe quel éditeur ou journaliste dans toute votre carrière. Ne l’oubliez jamais ».

Le non respect des engagements dans la vente des DvD, et ce chantage stupéfiant me font comprendre que Jean Robin et moi n’avons pas la même conception du travail d’un journaliste ni les même critères éthiques. Alors que Robin souhaite vivement que j’aborde, dans d’autres interviews, d’autres pans de mes activités de recherche, concernant la construction des pyramides, la navigation dans l’Egypte de l’Ancien Empire, etc., je décide d’interrompre tout développement de notre collaboration en refusant de lui fournir matière à la création de nouveaux DvD.

Autant je suis toujours prêt à aider des jeunes qui veulent réellement faire du travail sérieux et qui défendent la liberté d’expression, en leur permettant de gagner au passage quelque argent, autant je ne souhaite pas m’associer à des actions dont l’opacité ne correspond plus à mes principes d’éthique.

 

La Bible en BD :

Pendant le deuxième week-end passé chez moi (les 16-17-18 juillet 2011), donc bien avant que je commence à apercevoir des problèmes liés aux DvD en vente, et aux interviews enregistrées, Jean Robin apprend que j’ai créé, des années auparavant, une adaptation de la Bible en BD. A sa demande je lui en fournis une copie, sous la forme d’un pdf gravé sur un CD. Une semaine plus tard il me demande si j’accepterais de publier cet ouvrage dans sa maison d’édition, Tatamis, dont j’apprends au passage l’existence. Il me décrit cette maison comme « existant depuis plusieurs années, marchant bien, avec un bilan positif ».

Après quelques hésitations, j’accepte.

Quand Jean Robin écrit dans son article « il nous présente une Bible en BD qu’il a écrite il y a bien longtemps, mais qu’aucun éditeur n’avait jamais voulu publier. Nous lui proposons après une lecture plus approfondie de la publier dans la maison d’édition Tatamis, partenaire (…) d’E&D. Il accepte sur-le-champ.», c’est faux.

Cette Bible en BD constituait initialement, mes propres notes d’étude de la Bible. Je ne l’ai JAMAIS présentée à aucun éditeur. Des internautes se souviendront peut être qu’elle fut pendant des années librement téléchargeable sur mon site. A cette époque le pdf fut repris sur plusieurs autres sites (Sens de la vie, Livre pour Tous, etc.).

Sur quel document ou confidence Jean Robin s’appuie-t-il pour affirmer, concernant ce document qu’aucun éditeur n’ait jamais voulu le publier !?

Quand il me propose d’éditer ce document, mon hésitation est liée au fait que ces notes d’étude personnelles restent dans un état proche d’un « brouillon ». Pour faire de cet ensemble quelque chose de publiable, un énorme travail restait à faire, de retouche de dessins, de retranscription non manuelle des textes, de vérification des quelques 2000 citations bibliques qui les émaillaient.

J’hésite parce que ce travail de préparation représente des mois de travail à temps plein. Or le temps m’est précieux. Mais devant l’enthousiasme manifesté par Jean Robin, je finis par céder, un peu trop rapidement, puisque entre le temps où il formule sa demande et celui où je donne mon accord, il ne s’écoule que trois semaines. Le contrat d’édition est signé le 16 août 2011.

La Bible en BD, est mise en vente directe, par correspondance, par Robin lui-même le 13 décembre 2011. Après avoir suscité, depuis mon site, des pré-commandes, j’en fais immédiatement la promotion, par le même canal. A Paris, je participe à un débat avec l'abbé de Tanouarnau, et je présente l’ouvrage à des libraires de ma connaissance. Le résultat de ces annonces est immédiat. Complètant nombre de pré-commandes, émanant des lecteurs de mon site, cette opération se solde par la vente de plus 300 ouvrages (du propre aveu de Jean Robin), constituant à son profit une trésorerie de plus de 7500€, pratiquement la moitié du coût d’impression. Et ceci pendant les premières 2 semaines de vente (décembre 2011)!

Postérieurement au lancement de cette publication, après que je lui aie signifié que je ne souhaitais plus enregistrer de nouvelles interviews il me sollicite à plusieurs reprises :

- En me demandant de participer à un débat en vue de promouvoir la vente d’un autre livre par sa maison d’édition.

- En me demandant de publier une note de lecture dans mon site, pour un de ses propres livres.

Je prends le temps de lire les livres en question, et pour différentes raisons je signifie à Robin que je ne peux pas commenter ces ouvrages, ni débattre avec l’auteur en question, malgré ses rappels pressants.

S’agissant de cette édition, Jean Robin la présente comme le plus grand risque qu’il ait pris de sa vie. Concrètement : 16.000€ frais d’impression à payer mi-février selon ses propres dires. Je rappelle :

- qu’outre les quelques milliers d’euros provenant de la vente directe de la BD, Jean Robin vend, depuis juin 2011, mes interviews représentant 9 DVD.

- que la vente des premiers 3 DVD lui a rapporté 8000€ en un mois.

Est-ce vraiment déraisonnable de supposer que les ventes de ces 9 DVD, en plusieurs mois, lui ont rapporté largement plus que les frais d’impression, avant même qu’il ait été mis en demeure de payer son imprimeur, le 15 février 2012 ?

En d’autres termes, quand Jean Robin évoque un « risque financier exorbitant », de quoi parle-t-il ?

Jean Robin s’abstient de payer, pendant plusieurs mois, la part censée revenir à l’association Savoir Sans Frontières, après avoir obtenu l’enregistrement la fameuse séquence de la « remise du premier chèque » , sous prétexte que « la vente des DVD ne se passe pas si bien » . A plusieurs reprises il se présente, vis à vis de moi, comme un bienfaiteur, s’insurgeant contre mon manque de gratitude.

Au vu des données factuelles qui ont été présentées, j’invite simplement les lecteurs à se forger leur propre jugement. Citons quelques passages extraits de son l’article :

- Les premiers DVD se vendent bien, très bien même, largement au-delà de nos espérances, et principalement grâce à sa communauté de lecteurs assidus.

- les DVD se vendent bien, en plus Jean-Pierre Petit joue le jeu en indiquant en une de son site qu’ils sont sortis et que ses lecteurs peuvent les acheter, ainsi que la Bible ;

- nous avions de nouveaux livres à sortir, donc de nouveaux auteurs à nous occuper, de nouvelles personnes à interviewer, de nouveaux articles à écrire, et surtout de nouvelles sources de financement à identifier car la manne des DVD se tarissait très vite


L’incident « à caractère privé ».

A plusieurs reprises, Jean Robin, à travers ses réponses aux lecteurs, leur dit en clair que notre différent repose sur quelque chose de « privé ». Il y a eu effectivement un « incident privé », auquel je n’aurais jamais fait référence, si lui-même ne l’avait pas ainsi évoqué.

Il n'était pas dans mon intention d'étaler cette affaire en public. Mais le dernier article de Jean Robin sur moi, ainsi que ces réponses qu’il a faites aux lecteurs me contraint de le révéler.

En septembre 2011, quand la collaboration se passait encore plutôt bien, Jean Robin me demande d’être son témoin de mariage en me disant que « je suis une des deux personnes les plus importantes pour lui ». Ma foi, n’étant pas de sa famille ni un proche de longue date, j’éprouve quelque surprise. Mais, je ne veux pas paraître impoli en refusant une telle demande.

Le mariage est prévu le samedi 4 février 2012. Entre-temps, j’avais appris à le connaître à travers les épisodes décrits ci-dessus. Nos contacts s’espaçaient. Mais, une parole donnée doit être tenue.

Donc, le vendredi 3 février, je pars pour Paris. Si les lecteurs se souviennent bien, ce jour se trouve être un des plus froid de cet hiver, il neige, une partie de l’autoroute vers la gare d’Aix est même fermée, le trafic ferroviaire est très perturbé, avec beaucoup de retards à la clé. Pour être sûr de ne pas manquer à ma parole, je décide de partir à 7h du matin de chez moi, pour arriver à Paris au cours de l’après-midi. Or, dans la nuit de ce jour, à 2h28, Jean Robin m’envoie un courriel me disant, je cite :

"Tout compte fait, votre présence à mon mariage n’est plus souhaitable car nous ne souhaitons pas avoir de personne d’esprit négatif".

De mon côté, en arrivant à Paris, logé chez des amis, je n’ai pas l’impolitesse de sauter sur leur ordinateur familial pour regarder ma messagerie. Je me rends donc au mariage comme prévu et suis accueilli par « ah, vous êtes quand-même venu ! ». Ne comprenant rien de cette remarque, je tiens mon rôle de témoin, comme j’avais promis.

Quarante huit heures plus tard, étant en mesure de consulter ma messagerie chez des amis je découvre le message de Jean Robin. Je lui écris aussitôt que si j’avais eu connaissance de ce message à temps, je ne me serais jamais rendu à son mariage. Sa réponse immédiate : « nous avons cru que vous aviez reçu le message mais vous teniez quand-même venir. Arrêtons de nous chamailler, moi, j’ai passé l’éponge ».

Pas un seul mot d’excuse après cette acte complètement insultant ! Il … passe l’éponge !

J’ai 75 ans  J’ai dû voyager une dizaine d’heures, en taxi et puis en train, parcourir 1600km (A/R) par ce temps extrêmement mauvais au début février… pour faire face à un comportement aussi vulgaire et un pareil manque de respect.

Vous devez, à la lecture de ces lignes, vous interroger sur ce qui a pu motiver de la part de Jean Robin l’envoi d’un mail aussi insultant.

Dans les jours précédants, discutant des problèmes de logistique liés à la participation aux différentes manifestations ou Foires du Livre, j’avais recommandé à Robin, qui disait n'avoir pas conduit depuis quelques années, de prendre quelques leçons de conduite pour valider un permis de conduire qu’il possédait déjà, et être ainsi à même de conduire une camionnette légère.

Quel rapport entre cette question de validation d’un permis et ces foires ? Le lecteur sera peut être surpris d’apprendre que lors de la préparation de notre participation au festival d’Angoulème, Jean Robin avait tout simplement proposé que ce soit moi qui me charge de la réception de centaines de livres (plus de deux tonnes !), de leur transport vers le stand et de leur vente, ce qui lui aurait, disait-il, permis de me rembourser mes frais de transport.

Je lui ai donné ce conseil de validation de son permis aux fins de lui faire comprendre qu’au cas où je serais amené à participer à un événement du même genre, je ne voudrais pas être confronté à une demande similaire.

Simple conseil de bon sens que Robin interpréta comme… un ordre, ce qu’il exprime dans son mail et qui n’est en fait qu’un prétexte grotesque. La vérité saute aux yeux, quand on se réfère à l’historique de nos contacts.

Visiblement, depuis que j’avais refusé de continuer d’être pour lui « matière à profit » (nouveaux DvD, promotion de son propre livre, aide au lancement d’un ouvrage d’un autre auteur de son « écurie »), je cessais d’être « une des deux personnes les plus importantes, dans sa vie ».

Le lecteur comprendra que continuer à être en contact avec un tel personnage m’est devenu absolument impossible.

Après cette incident, j’informe donc Jean Robin, par écrit, le 10 février, que je ne souhaite plus, en aucun cas, être personnellement en rapport avec lui.

Ayant constaté ma détermination, et (surtout) ayant vu que j’avais retiré les quelques annonces le concernant, Jean Robin supprime l’accès aux 3 vidéos sur ITER le 15 février, en m’écrivant : "je découvre que vous avez enlevé, sans m'en faire part, tous les liens vers les DVD et la Bible en BD de votre site. Fort bien, vous voulez jouer à ce jeu, on va jouer… J'ai donc mis en privé les 3 vidéos sur Iter. Je les repasserai en public quand vous serez revenu à la situation initiale".

Visiblement, Jean Robin n’a pas vraiment compris que ce n’est pas dans mon habitude de céder aux chantages.

Ainsi les lecteurs peuvent mieux comprendre cette réponse de Jean Robin @Morel le 19 février (qu’il a effacé plus tard de la section dialogue qui fait suite à son article) : « c’est une histoire privée entre Jean-Pierre Petit et moi, il a la possibilité de faire en sorte que je remette en ligne cette vidéo ».

 

Dernières précisions :

Certains lecteurs se doutaient de la cause de cette « rupture », et ont demandé à Jean Robin et à moi-même quelles étaient les conditions financières (partage) des ventes des 9 DVD et la Bible en BD. Je précise les points suivants :

(1) Pour la vente des DVD, je ne touche pas un seul centime. Il est convenu que 3€ par DVD vendu doivent être versés à l’association Savoir sans Frontières, sur les 20 euros du prix de vente directe, par correspondance, les frais de port étant en sus. Mais sur ce point, je n’ai plus aucune illusion, alors que ces DVD sont toujours proposés à la vente sur la page d’accueil de son site, en bonne place. Je précise au passage que je n’ai même pas reçu un seul exemplaire du troisième coffret.

(2) Pour la Bible en BD : Le droit d’auteur est de 8% du prix public, quel que soit le mode distribution. Il n’y pas d’à-valoir (avance). Extrait du contrat me concernant : De son vivant, monsieur Petit souhaite céder ses droits d’auteur à une association humanitaire (ou/et) culturelle de son choix.

Que tout soit clair, une fois pour toute, ces deux opérations – DVD et la Bible en BD – ne sont en AUCUN cas pour moi une histoire d’argent.

Dès que possible, je ré-enregistrerai une suite de vidéos concernant mon parcours et mes souvenirs, que j’émaillerai d’illustrations et de photos. Celles-ci, mises en ligne sur un site comme Dailymotion, seront alors téléchargeables gratuitement.

Voilà comment une collaboration, qui a bien débuté, dérive vers une histoire beaucoup moins reluisante, banale, sans doute.

Cette Bible en bande dessinée m’avait demandé des années de travail et d’étude. S’appuyant sur le contrat, Robin pourra continuer d’exploiter cet ouvrage. En ce qui nous concerne, ma femme et moi sommes tellement écoeurés que nous avons mis au grenier les quelques exemplaires d’auteur qui nous restaient, le manuscrit, et les notes qui s’y réfèrent, pour ne plus avoir l’ouvrage sous les yeux.

Cette histoire me dégoute et … me fatigue.

Jean-Pierre Petit, 25 février 2012  

 


21 février 2012


19/2/12 : Eclaircissements importants.

Depuis quelques jours je reçois de nombreux messages d'internautes qui me demandent pourquoi un certain nombre de vidéos, toutes consacrées au sujet ITER, ne sont plus accessibles sur le site d'Enquête et Débat, ceci étant accompagné d'un message prêtant à confusion.

Ci-après la vidéo enregistrée le 16 novembre 2011 à l'Assemblée Nationale, où nous intervenons, madame Rivasi et moi.

 

JPP Rivasi inaccessible

 

Puis le message se référant à la vidéo correspondant à un débat entre M. Vanicek et moi.

 

JPP Vanicek inaccessible

 

 

Enfin celui se référant à la vidéo de 2 heures, également sur le sujet ITER, que j'avais enregistrée le 17 novembre 2011.

 

JPP sur ITER, vidéo inaccessible

 

Le contenu du message prête à confusion quant à " l'auteur ", et d'aucuns pourraient penser que je suis responsable, directement ou indirectement, de cette suppression d'accès. Je tiens à préciser que je n'y suis strictement pour rien.

Certains internautes ont questionné l'administrateur d'Enquête et Débat à propos de ces suppressions d'accès. Ci-après la singulière réponse de ce dernier :

 

 

J'avais pourtant dès le départ précisé qu'étant donné l'importance majeure du sujet abordé, je souhaitais que cette vidéo soit librement accessible. Depuis plus de dix ans, les lecteurs de mon site savent que cette liberté d'accès à l'information a toujours été chez moi un principe.

Sans respecter mon souhait, l'administrateur d'Enquête et Débat a délibérément supprimé l'accès à cette vidéo. Les réponses fournies sont totalement mensongères.

Si j'avais su que ces vidéos, soit feraient l'objet d'une tentative de commercialisation, soit seraient utilisées comme moyen de pression, je n'aurais jamais accepté de donner cette longue interview.

Que mes lecteurs se rassurent. Je suis en train de préparer une nouvelle vidéo sur ITER, plus complète, enrichie de nouveaux éléments. Cette vidéo sera bientôt disponible, en français et en anglais, et sera librement accessible à tous.


   Private joke 21/2/12 :    Private Joke1    Private joke2     Private Joke 3    Private Joke 4   Private Joke 5   Effet Pinocchio

  ( à suivre )   


9/2/2012 : Remerciements.

Je poursuis activement la rédaction du livre sur le nucléaire, en remerciant au passage tous ceux qui m’aident dans cette tâche, de différentes façons, en me fournissant des informations, en m’envoyant leurs propres ouvrages, en effectuant des traductions, ou simplement en m’envoyant leurs encouragements.

Tout comme au moment du festival d’Angoulème, j’ai reçu ces jours-ci plusieurs propositions de lecteurs parisiens, qui m’ont gentiment proposé un hébergement pour la période correspondant au prochain salon du livre de Paris.

Je les en remercie chaleureusement, malheureusement je ne serai pas présent à cette manifestation.

Jean-Pierre Lévy me signale qu'il ne sera pas non plus présent au Salon du Livre

Je demande à mes lecteurs de cesser de m'inonder de messages me demandant à les rejoindre sur multiply. La rédaction du livre sur ITER est harassante. je ne peux pas être sur tous les fronts à la fois et suis obligé de me concentrer sur cet unique sujet.

J'ai envoyé à la revue Pour la Science, en novembre 2011, en recommandé avec AR, un article intitulé La face cachée d'ITER. Pas de réponse. Je pense qu'il en serait de même avec toutes les revues "de vulgarisation scientifique" françaises.

J'ai adressé à Bernard Bigot, administrateur Général du CEA, le 19 janvier, en recommandé avec AR, un texte constituant un droit de réponse à l'article anonyme positionné sur le site du CEA, en français et en anglais, aux fins de me discréditer. Pas encore de réponse. Je la mettrai en ligne sous peu.

J'ai adressé en le 28 janvier 2012 à Guy Laval, adacémicien, auteur du livre " l'Energie Bleue" sur la fusion, et président de la commission de l'Académie qui publia en 2007 un rapport sur l'exploitation de l'énergie de fusion, une lettre simple évoquant la situation et lui proposant une rencontre. Nous avons eu, suite à ce courrier, une longue conversation téléphonique, en toute cordialité.

A propos de la fusion froide, je dirai simplement que la physique nous a habitué, depuis le début du siècle, à "l'impossible", comme la supraconductivité. Je comprends très bien que monsieur Rossi tienne à garder le secret de son catalyseur et je ne peux que souhaiter que ses expériences aient vraiment du corps. Mais il est inutile de me demander, dix fois par jour "ce que j'en pense", mais seule réponse ne pouvant être que " wait and see, croisons les doigts en espéranr que, cette fois, ça marche".


14/1/12 : Chronique


9/1/12 : Un non-débat sur le nucléaire, à l'Assemblée Nationale.


Les documents et vidéos qui dérangent :

Michèle Rivasi et Jean-Pierre Petit à l'Assemblée Nationale :   http://www.enquete-debat.fr/archives/michele-rivasi-et-jean-pierre-petit-a-propos-diter
Le rapport diffusé par M.Rivasi au Parlement Européen (13 pages, publié dans NEXUS de no-déc) :  ITER : Chronique d'une faillite annoncée
Le rapport complet sur ITER (115 pages) que j'ai rédigé :   Mon dossier complet sur ITER ( 115 pages ) 1.6 Mo         
Sa version anglaise :   ITER, Chronicle of a probable failure
Débat avec Tomas Vanicek, sur ITER:  http://www.enquete-debat.fr/archives/debat-entre-jean-pierre-petit-et-tomas-vanicek-sur-iter-et-le-nucleaire 
Un projet pharaonique :    http://www.iter.org/newsline/199/958
Le rapport de Princeton (sept 2011), en anglais : http://advprojects.pppl.gov/ROADMAPPING/presentations/MFE_POSTERS/WURDEN_Disruption_RiskPOSTER.pdf  


3 Décembre 2011 : La nouvelle est tombée :

Energies - 02 Décembre 2011 - Actu-Environnement.com


Jeudi 1er décembre 2011, la présidence polonaise du Conseil et le Parlement européen ont trouvé un accord sur le financement, pour 2012 et 2013, des dépassements de coût du programme Iter de recherche sur la fusion nucléaire, a annoncé l'eurodéputé Alain Lamassoure (Parti populaire européen, France) qui préside la commission des budgets du Parlement.

"Pour financer la part européenne des dépassements de coûts, qui se chiffrent à 1 milliard 300 millions d'euros, en réalisant des économies sur d'autres chapitres de dépenses, mais sans remettre en cause les priorités du Parlement sur le budget de la Recherche",

indique l'élu sans donner plus de détail.

L'accord doit encore être formellement avalisé par les Etats membres de l'Union européenne et par un vote en session plénière du Parlement européen.

La part du financement européen du projet Iter, construit sur le site de Cadarache (Bouches-du-Rhône), a été réévaluée de 2,7 à 6,6 milliards d'euros pour les 12 années de construction du prototype.
Mercredi, la Commission a présenté le projet Horizon 2020 qui encadre le financement de la recherche européenne et précise qu'Iter "sera financé en dehors du budget de l'Union européenne et sera l'objet d'un programme supplémentaire".

Philippe Collet, journaliste à Actu-environnement


30 novembre 2011 : Le journaliste Jean a appelé le CEA et demandé quel était l'auteur de la réponse cinglante mise, le 17 novembre, sur le site du du CEA, aux propos tenus par moi sur le projet ITER. Rappelons au passage un extrait de cette analyse critique :

Nous sommes affligés de constater la légèreté avec laquelle des informations scientifiques publiées dans des revues de renommée internationale, leurs auteurs, mais également les lecteurs de l’article lui-même, y sont manipulés à des fins partisanes étrangères à la recherche et aux progrès des connaissances.

Par un tel comportement intellectuellement malhonnête, Mr J.P Petit se disqualifie lui-même ipso facto du débat, qu’il soit scientifique ou sociétal.

La chargée des relations extérieures, après s'être renseignée, a répondu que ce texte n'avait pas été composé par une personne, mais par un groupe. Elle a ajouté que les membres de ce groupe ne souhaitaient pas que leurs noms soient communiqués et qu'aucun d'entre eux ne souhaitait débattre avec Jean-Pierre Petit.

Le journaliste qui souhaitait enregistrer ce débat s'est donc trouvé contraint de formuler cette demande auprès de celui qui, en dernier ressort, est le responsable de ce qui se fait ou se dit au CEA, à savoir Monsieur Bernard Bigot, Administrateur Général.

Nous attendons se réponse à une proposition de débat filmé, sans animateur, ni public, le temps de parole étant géré par une "pendule", identique à celle qu'utilisent les joueurs d'échecs.

Le texte du CEA cherche à me présenter comme un énergumène qui fait fi de tout ce qui a pu être accumulé ces dernières décennies sur les tokamaks. En fait, quand les concepteurs d'ITER se sont mis au travail, il y a 20 ans, en dessinant les plans extraordinairement complexes de cette machine, ces gens avaient tout simplement sous-estimé l'ampleur du problème des disruptions.

Rappelons les mots du prix Nobel Japonais Masatoshi Koshiba qui estimait qu'ITER avait cessé d'être un projet scientifique, pour se transformer en une entreprise politique et financière,

Dans un tel chantier, les contributions ne peuvent être que fragmentaires, selon les compétences des uns et des autres. Ceux qui phosphoraient sur les systèmes cryogéniques ignoraient tout de l'injection de neutres, et vice versa. On peut même se demander s'il y a eu dans cette armée de concepteurs un seul bonhomme qui avait réellement une vision d'ensemble de la machine.

Ceux qui percevaient le danger étaient les expérimentateurs-théoriciens, c'est à dire les spécialistes des plasmas, en contact étroit avec la matière d'étude. Mais, jouer les oies du Capitole aurait compromis le développement de l'ensemble du projet, en créant un doute. Ceux-là auraient scié la branche sur laquelle ils étaient assis, et ils se sont tus, ont laissé cette chimère se développer. Ils commencent seulement à parler, comme par exemple à ce récent colloque international qui s'est tenu à Princeton, la "Mecque de la Fusion", en septembre 2011 :

 

Princeton septembre 2011

http://advprojects.pppl.gov/ROADMAPPING/presentations.asp

Dans ce colloque, une communication d'un "senior researcher", Wurden. Titre de sa communication :

Dealing with the Risk and Consequences of Disruptions in Large Tokamaks:

Examen des risques et des conséquences des disruptions dans les grands tokamaks


http://advprojects.pppl.gov/ROADMAPPING/presentations/MFE_POSTERS/WURDEN_Disruption_RiskPOSTER.pdf

Page 15: Will ITER be the last tokamak ever built?

ITER sera-t-il le dernier tokamak qu'on construira ? (...)


Page 18: Une disruption majeur de ITER = 217Kg de TNT!!

et une conclusion page 28:


We must demonstrate reliable control of high energy tokamak plasmas before (building) ITER

Nous devons démontrer notre capacité à contrôler des tokamaks de forte puissance avant d'entreprendre la construction d'ITER

et :

Where is it best to study tokamak disruptions...not ITER!

Quel serait le lieu le mieux approprié pour étudier les disruption ? .... Ca n'est pas ITER !

Paraphrasant les "anonymes du CEA", ne devrait-on pas écrire alors :

"Par un tel comportement intellectuellement malhonnête, Mr Wurden se disqualifie lui-même ipso facto du débat, qu’il soit scientifique ou sociétal".

A moins qu'il n'y ait, dans l'équipe ITER-France, personne qui ne maîtrise vraiment ces questions, et qu'aucun de ces "brillants anonymes" ne veuille prendre le risque de voir son incompétence étalée au grand jour au fil d'une interview filmée, diffusée sur le net et ainsi accessible au premier venu.

Les " fosses aux lions " que sont les débats scientifiques ne m'ont jamais fait peur. Dans ces lieux-là je n'ai jamais perdu un combat de toute ma carrière, et cela se sait fort bien. J'ai la réputation d'avoir croqué un certain nombre de lions et je comprends certains hésitent avant de descendre dans le champ clos.

 

Fosse aux Lions

 

Je vais traduire et mettre en ligne la version française de cette communication de Princeton, pour que les lecteurs puissent constater qu'elle produit une analyse et des conclusions identiques aux miennes : Il faut mettre le projet ITER en stand by en attendant que le très grave problème des disruptions soit résolu sur des machines moins pharaoniques et ... moins dangereuses.

Autre remarque : C'est la première fois que le CEA commente et attaque le contenu d'un article paru dans la presse (NEXUS) dans son site : un papier de 10 pages, plus sa traduction en anglais

J'ai regardé une vidéo montrant un débat récent, à l'Assemblée Nationale, concernant "l'avenir du Nucléaire".

http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-oecst/programme_bilan_nucleaire.pdf

Accrochez-vous : c'est long. Tous se félicitent. Fukushima : connais pas. Au programme : faire passer le stock de plutonium français de 300 tonnes à 1000 tonnes (...), pour pouvoir déployer dans tous les pays "les réacteurs de IV° génération", alias les surgénérateurs à neutrons rapides, refroidis au sodium, le réacteur &&& servant de banc d'essai. Etats d'âme, considérations de dangerosité, y compris dans la bouche d'un représentant du CNRS : nuls. Questions de deux journalistes présents : sans contenu. Scientifiques contestataires et compétents : absents. A la fin, une évocation du programme ITER qui n'attend pas le niveau de "Science et Vie". Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes nucléaires possibles....


27 novembre 2011 : Une courageuse réponse anonyme du CEA.

Ce n'est que tardivement que nous avons découvert, Michèle Rivasi et moi, l'existence d'une analyse critique du document déjà diffusé à des membres de la Commission Information Recherche Energie de la Commission Européenne. Cette mise en ligne avait été effectuée, sur le site du CEA le 17 novembre 2011, soit le lendemain de la rencontre à l'Assemblée Nationale où ces braves gens avaient déclaré forfait. Rédigée en deux langues, je suppose qu'elle avait été laborieusement préparée pour être remise en main propre à la Députée Européenne, au siège du CEA, afin qu'elle diffuse ce texte aux membres de cette commission sus-nommée (un commentaire de 29.500 signes, se référant à un texte de 27.000 signes).

Malheureusement, tout est allé de travers. Tétue, dame Rivasi a fixé la rencontre à l'Assemblée Nationale, en ma présence et celle d'un journaliste. Débandade générale. Mais que faire de ce texte ? Ma foi, se sont-ils dit : "mettons-le en ligne sur le site de la maison, pour l'édification des masses".

Ces grosses boutiques réagissent avec lenteur. Dans cette analyse on évoque "mon examen superficiel de la thèse de Cédric Reux et la mention d'extraits sélectionnés". Ces gens sont en retard d'un document. Suite à la lettre de protestation du sieur Reux, j'avais immédiatement (cela date de trois semaines) mis en ligne un document de 115 pages, émaillé par 880 lignes extraites de la thèse de ce brave garçon.

Voici l'adresse où vous pourrez télécharger cette "réponse cinglante" :

http://www-fusion-magnetique.cea.fr/en_savoir_plus/articles/disruptions/analyse_critiquearticle_petit_nexus_vf.pdf

Ceci étant, l'auteur de ce document, anonyme, me taxe de malhonnêteté scientifique. Je ne saurais donc rester sans réagir.

J'estime avoir été gravement insulté par l'auteur de ce texte et il ne me serait pas difficile de le confondre. Il me suffirait de l'envoyer vers des passages de la thèse de Cédric Reux, présentée dans l'analyse du CEA en ces termes :

 

Une thèse de doctorat récemment préparée à l’Institut de Recherche sur la Fusion par confinement Magnétique du CEA et soutenue en novembre 2010 à l'Ecole doctorale de l'Ecole Polytechnique sur la question particulière des phénomènes de disruptions susceptibles de survenir lors du fonctionnement d’ITER.

...

Cette thèse de grande qualité s’appuie sur 50 ans de travaux d’une communauté scientifique mondiale de plusieurs milliers de professionnels de par le monde, et qui constitue la base reconnue du débat scientifique actuellement en cours sur le sujet.

Il ne s'agirait alors pas d'un débat, mais d'un joute, sans mercy, et l'un des deux en sortirait chargé d'un discrédit scientifique. Personnellement, je n'aurais qu'à dire à mon adversaire :

- Allez dans la thèse de Reux, page tant, tel paragraphe, et lisez à voix haute. SI vous trouvez quelque discordance entre ce texte et le mien, vous nous l'expliquerez. S'il n'y en a point, une question émergera alors : à l'Institut de Recherche dur la Fusion Magnétique de Cadarache, les membres du jury lisent-ils les thèses qui sont soutenues sous leurs auspices ?

Vous vous rappelez peut être la fantastique animation, crée par Dassault Systems et illustrant la thèse de Jean-Pierre Houdin, concernant la construction de la pyramide de Khéops. En voici l'équivalent contemporain. Le tout étant financé avec vos deniers, bien entendu :

http://www.iter.org/newsline/199/958


24 novembre : Un écho dans l'Expansion :

http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/iter-une-machine-dangereusement-instable_a-32-6716.html#xtor=RSS-115

18 novembre 2011 : La vidéo enregistrée le 16 nov à 20 heures, mise en ligne le 18 en début de matinée.

 

Rivasi JPP 16 nov 2011

http://www.enquete-debat.fr/archives/michele-rivasi-et-jean-pierre-petit-a-propos-diter

 

Mon dossier complet sur ITER ( 115 pages ) 1.6 Mo

Si le fichier est "corrompu", "inaccessible", etc, comme hier, signalez-le moi, je le remettrai en place.

Message Fichier endommage

jpp1937

Bien que ce fichier soit lourd ( 3,3 Mégas ) vous devez pouvoir le télécharger directement à la racine du site :

http://www.jp-petit2.org/chronique.pdf

A copier et à diffuser sans modération

19 novembre 2011 : Il semble qu'à chaque fois, cela depuis des mois, que j'ai quelque information "sensible" à diffuser, leur téléchargement devienne impossible. Parfois c'est l'ensemble de mon site qui l'est, pendant plusieurs jours. Quand j'ai commencé à mettre en ligne les infos sur ITER dans cette page, les Internautes qui l'appelaient se retrouvaient face ... à une page blanche ! De mon côté le téléchargement devient impossible, pendant des heures, des jours. On peut mettre cela sur le compte des problèmes techniques du serveur, mais la coincidence est quand même troublante. Afin de tirer cela au clair, un de mes lecteurs, Gilles Costantini, a créé une structure

SOSJPP

Ainsi, quand l'accès à un fichier, voire à l'ensemble de mon site, sera impossible, vous pourrez toujours vous référer à cet "espace de secours". Sur cette copie d'écran, vous trouverez l'adresse à composer pour télécharger ce fichier, pour lequel je ne compte plus les messages m'indiquant qu'il est "corrompu et irréparable" (il ne l'est pas) et les téléchargements de remplacement.

 

SOS JPP

Les difficultés de gestion de mon site, de tous ordres, se multiplient de manière anormale, de même que les messages de "fichier corrompu", etc. Ce matin, 20 novembre 2011, j'ai tout re-téléchargé chez le serveur. Quand je pointe sur un lien "sensible", Adobe est appelé, mais ça ne télécharge pas, alors que tout fonctionne sur les "liens de secours", ci-dessous, avec les mêmes fichiers ! Je demande à mes lecteurs de créer carrément des sites-écho, copies de mon propre site.

Mehdi Mahjoub a créé un site-miroir ; http://www.jp-petit2.org , copie du mien, en principe à l'identique.

On peut bloquer, paralyser un site, pas dix. Si vous allez sur la page Guide et que vous cliquiez sur le lien pointant sur la vidéo "Affaire Allègre" et plus précisément sur la vidéo de l'interview du fils du juge Roche (lien que j'ai rétabli). Le lien fonctionne, mais il y a quelques mois celui-ci pointait vers la page "humour". Une erreur ? Allons donc !

 

Les "liens de secours" :

https://sites.google.com/site/sosjpp/ITER/chronique.pdf


http://www.archive-host.com/link/26b6f7bdce03253cf124a0f469a2b424eb8eb0b7.pdf

Si vous n'arrivez pas non plus à télécharger le fichier à cette adresse, signalez-le moi :

jpp1937   

Gilles Costantini

 


 

16 novembre 2011 15 heures :

La secrétaire de Michèle Rivasi a téléphoné il y a quelques minutes au journaliste qui s'était proposé pour enregistrer l'entretien pour lui annoncer que le CEA avait décidé d'annuler la rencontre entre M. Cédric Reux et moi, en présence de Michèle Rivasi. Leur souhait aurait été de venir à quatre, et sans la presse. Pour me faire face, cela semble être effectivement un minimum.

Personnellement, je considère cette affaire Reux comme réglée. Même si ce n'est pas lui qui a transmis cette réponse on peut considérer que ceci est une conclusion par forfait.

J'ai fini l'analyse complète de sa thèse de doctorat, qui atteint maintenant 105 pages et où j'ai reoproduit 880 liges de la thèse de M. Reux, qui ne pourra donc plus m'accuser d'avoir tronqué ses écrits.

Je dis bien l'analyse et non la critique, car je n'ai rien rien trouvé de critiquable dans son travail, fort bien tourné. En partant des données qu'il mettait à notre disposition, j'ai reproduit ses conclusions, et les miennes, totalement disjointes.

J'ai ajouté quelques petites critiques sur la page mise en ligne le 24 octobre sur son site oar le CEA, intitulée " Zoom sur les disruptions" . Je me demande si l'auteur de ce texte a vraiment lu la thèse de Cédric Reux, quil cite à l'appui de ses dire.

Le rendez vous de ce soir 16 novembre au 101 du de l'Université, à 19 h 30 est donc annulé. Par contre, nous nous rencontrerons, Michèle Rivasi et moi ce soir, en un autre lieu Michèle Rivasi et moi-même répondrons aux questions du journaliste qui s'est proposé pour enregistrer la rencontre en vidéo.

Chronique d'une faillite annoncée

23 heures : La soirée s'est soldée par 50 Minutes d'interview conjointes Rivasi-JPP. Ce document sera en ligne sur le site d'Enquête et Débat dans quelques jours. Ce qui se dégage : "Nous, on est là et ils ne sont pas venus". Michèle Rivasi était assez choquée par l'attitude de Reux, après la lettre ronflante que celui-ci lui avait envoyé, dénonçant la façon dont j'avais détourné ses écrits.

Mais j'ai commenté en disant qu'à mon avis la lettre avait été écrite par le service juridique du CEA.

Michèle Rivasi a dit qu'elle avait déjà diffusé le document (publié dans NEXUS de novembre-décembre) à 40 parlementaires européens francophones et que la version anglais, déjà traduite, allait également être diffusée.


15 novembre 2011 18 heures : Si tu ne viens pas au CEA, le CEA viendra à toi.

Bernard Bigot, administrateur général du CEA, a signifié par courrier à Michèle Rivasi, députée européenne, que la rencontre entre M. Cédric Reux et moi se tiendrait au CEA. Ce à quoi Mme Rivasi lui a répondu qu'étant donné que c'était M. Reux qui avait voulu la rencontrer, c'était à elle de fixer le lieu de rendez-vous, et l'heure, en l'occurrence le 16 novembre 2011 à 19 heures 30 dans une salle mise à disposition à l'Assemblée Nationale, à laquelle on accèdera par le 101 de la ruie de l'Unoiversité.

Le rendez vous avait donc été fixé devant e 101 rue de l'Université, le 16 novembre à 19 h 30

Sur ce Monsieur Bigot, administrateur général du CEA a dit qu'il serait exclu que monsieur Cédric Reux vienne seul à ce rendez vous et que deux membre du CEA et du projet ITER seraient présents.

Il a ajouté qu'il ne souhaitait pas que des journalistes soient présents (...).

Ce à quoi madame Rivasi a répondu :

- Que monsieur Cédric Reux lui avait adressé un courrier mettant en cause M. Petit, en adressant copie de ce mail à celui-ci, et que dans ces conditions cette rencontre ne concernait que M. Reux, M. Petit, mis en cause, et elle-même, et que c'était elle et elle seule qui fixait le lieu de ce rendez-vous. Qu'un lieu plus "neutre" que le CEA était souhaitable et qu'elle optait en l'occurrence pour l'espace citoyen qu'est l'Assemblée Nationale.

Elle a ajouté que si cela était souhaité, une rencontre où elle serait présente, ainsi que monsieur Petit, et des membres du CEA et d'ITER ORGANIZATION pourrait être envisagée, mais qu'elle viendrait alors avec d'autres personnes et que la presse serait conviée.

Je serai personnellement devant le 101 de la rue de l'Université demain 16 novembre à 19 h 30

Je suis monté de Pertuis spécialement pour cette rencontre, considérant ce rendez vous comme fixé.

Mon analyse critique du projet ITER et téléchargeable à :

Chronique d'une faillite annoncée


8 novembre 2011 : Le secrétaire de Michèle Rivasi, députée européenne, vient de me confirmer que nous pourrons nous rencontrer, le chercheur Cédric Reux et moi-même, en sa présence, à Paris, le 16 novembre prochain.

Reux a téléphoné à Rivasi en lui demandant une entrevue.

- OK, a répondu notre députée européenne, mais ça sera en présence de Jean-Pierre Petit.

Reux a manifesté ses téticences. Alors Michèle Rivasi lui a dit carrément :

- Ca sera face à Jean-Pierre Petit ou pas du tout.

Cette entrevue ne sera pas un réglement de compte entre Reux et moi, bien qu'il ait proféré des attaques scandaleuses à mon égard dans un courrier, qu'il ne m'a pas autorisé à publier, sinon je l'aurais fait immédiatement. Le véritable enjeu, c'est le projet ITER, dans toute son absurdité et ses mensonges. Et c'est de cela qu'il sera débattu devant Michèle Rivasi, à travers le différent qui nous oppose. Je pense que la présence de journalistes seraient souhaitable, non pas pour assister à la victoire de l'un sur l'autre, mais pour entendre les arguments évoqués. Je ne pense pas que Michèle Rivasi s'opposerait à leur présence.

Ceci étant, et je l'ai rajouté dans le pdf, pour lever toute ambiguité, les thèses de Cédric Reux et d'Andrew Thorton représentent d'excellents travaux, très consciencieux, très poussés, clairement présentés. Ca a été mon opinion dès le départ, et je l'avais écrit à Reux le 13 octobre, avant de rédiger le document dont il conteste le fondement.

Mais il se trouve que la lecture de ces thèses, et d'autres documents a permis à l'empêcheur de chercher en rond que je suis de saisir toute la dangerosité des disruptions dans les tokamaks, et le risque que ce phénomène constitue pour la mise en oeuvre de machine plus puissantes, comme ITER, et à fortiori pour ses successeurs, comme DEMO.

Ces éléments créent un profond doute sur la viabilité, à terme, de la transformation des tokamaks en systèmes électronucléaires à vocation industrielle et commercale.

En tout état de cause, ces considérations devraient entraîner la suspension immédiate du projet.

Par ailleurs, j'ai relu les documents fournis par l'Autorité de Sûreté Nucléaire, aux commissaires chargés de mener l'Enquête Publique (en plein été 2011). Le mot disruption y figure, dans le document n°8, mais la question est promptement évacuée, comme un événement banal, le rapport se contentant d'indiquer que la machine a été dimensionnée en conséquence. Ce texte ne permet en aucun façon au lecteur de saisir que c'est le phénomène-clé, concernant la dangerosité.

J'ai écrit à Cédric Reux en lui rappelant que j'avais tenté en vain de le joindre le 13 octobre dernier, et en lui envoyant la copie d'un mail où je lui disais "que j'avais dévoré sa thèse". Je lui ai dit que lorsque notre prochaine rencontre devant Michèle Rivasi je rappellerai l'opinion excellent que j'ai tout de suite eu de son travail de thèse.

Pas de réponse ( à aucun des mails que je lui ai envoyé, d'ailleurs )

 


Ajout en date du 5 novembre : En fait, comme me le disent tous les spécialistes, qui ne sont pas favorables au projet ITER, ces choses sont connues depuis les années cinquante. L'Académie des Sciences de Paris a publié un rapport en 2007, sur la base d'une étude scientifique et technique du projet.

  http://www.bibsciences.org/bibsup/acad-sc/common/articles/rapport6.pdf

Des oppositions s'étaient manifestées à l'époque où le débat s'était situé (2005). Les remarques et critiques de ces gens figurent dans le rapport, à la fin. Mais ces gens n'avaient pas en main les bons arguments. Si vous lisez ce dossier, vous verrez que les disruptions y sont traitées avec une certaine désinvolture, banalisées.

Disons que je suis le premier type

- Disposant du bagage scientifique qui me permette de bien comprendre et de bien évaluer les problèmes.

- Ayant un talent de vulgarisateur qui me permette de bien expliquer de quoi il retourne

- Qui ait été bien orienté vers deux thèses ( Reux, 2010, Thornton 2011 ) qui donnent l'état de l'art.

A la lecture du rapport de l'Académie des Sciences, vous verrez que ma comparaison avec les éruptions solaires et la turbulence des fluides est pertinente. Ca ne fait évidemment pas l'affaire de ceux qui ramènent sans cesse cette image "du Soleil en éprouvette".

J'ai trouvé une adresse où on peut télécharger un phd soutenu en ... 1983, il y a 28 ans au MIT sur le même sujet : l'instabilité chronique des tokamaks et les disruptions !

 

Thèse soutenue au MIT en 1983

 

Tout cela ayant été soigneusement caché aux politiques et aux décideurs quand fut monté le projet ITER. Ci-après le texte où le service de communication d'ITER définit sa mission.

http://www.iter.org/fr/org/team/odg/comm

Le 24 octobre 2011 le CEA a procédé à la mise en place d'une page, dans son site, en tentant d'apporter une réponse à mes écrits. Il faut aller sur

http://www-fusion-magnetique.cea.fr

et cliquer sur Zoom sur les disruptions (mis en ligne le 24 octobre 2011).

intection dans Tore Supra

 

Réaction immédiate d'un spécialiste des plasmas de tokamaks :

- La photo est celle de l'article de Reux et al , paru récemment, qui montre que l'injection de gaz n'est pas efficace, parce qu'elle s'arrête sur une surface magnétique résonante, et qu'ainsi elle ne peut PAS éteindre le plasma, ce qui prouve que cela ne PEUT PAS marcher sur ITER.

Dans un article de 2009, correspondant à des essais menés sur Tore Supra :


http://epsppd.epfl.ch/Sofia/pdf/O2_002.pdf

on lit, dans les conclusions :

Gas jet dynamics is analyzed using a fast interferometer, fast camera imaging and soft X-ray analysis. This shows that the penetration of the gas is linked to the safety factor profile. The gas cold front is stopped along rational surfaces, by the triggering of large radial energy transport that prevents the neutrals from penetrating deeper until the disruption occurs.

Traduction :

La dynamique du jet de gaz est analysée en utilisant un interféromètre rapide, une imagerie rapide et une analyse des rayons X de basse énergie.

Ceci montre que la pénétration du gaz est liée au profil du facteur de sécurité.

Le front de gaz est arrêté le long de surfaces rationnelle, à cause du déclenchement un fort transport d'énergie dans la direction radiale, qui empê he les atomes neutres de pénétrer plus profondément, jusqu'à ce que la disruption se produise.

 

L'injection de gaz est destinée à refroidir le plasma par rayonnement. Cette technique est expérimentée depuis ... 20 ans. On injecte en général des gaz rares, froids, massivement. La quantité de gaz injecté est de l'ordre de 10 à 100 fois le contenu de la chambre. On cherche ainsi à étouffer ce plasma. Je précise qu'on ne fait pas ces essais quand on est face à une "disruption majeure", qu'on pourrait provoquer ou rechercher. Nos pompiers du III° millénaire s'exercent à éteindre des "non-incendies".

Ce faisant on cherche bien évidemment à obtenir un refroidissement de l'ensemble du plasma. La luminosité qu'on observe correspond au gaz injecté. Il est visible qu'il ne pénètre pas dans la chambre, mais contourne une surface faisant office de barrière.

Le texte site site du CEA n'est pas très convaincant.

On injecte du gaz froid et neutre, un gaz rare, à vitesse supersonique. Il y a plusieurs problèmes :

- Le temps d'ouverture de la valve

- Le temps d'éjection du gaz

Même à vitesse supersonique, cette intervention des "pompiers" reste relativement lente devant le temps de développement de la disruption. L'hélium a un fort potentiel d'ionisation : 24,46 électrons volts, ce qui veut dire (un eV équivant à 11.600°) que cet hélium sera dans un état notable d'ionisation dans un milieu porté à 280.000° (en tant qu'ordre de grandeur).

En pénétrant dans la chambre, ce gaz rare s'ionise, et dès lors le champ magnétique devient pour lui en barrière infranchissable. De fait, les injections de gaz rare se permettent pas de pénétrer profondément dans le plasma, ce qui n'empêche pas le CEA de nous vanter l'efficacité du procédé.

Les Américains tentent de négocier l'affaire en tirant des billes de glace d'un cm et demi de diamètre. Mais même de cette façon subsiste le problème de la lenteur de pénétration de ces objets dans un plasma qui est le siège de phénomènes MHD qui se développent extrêmement rapidement.

On a conçu le projet ITER sur la base d'expériences non concluantes, de problèmes non résolus, pendant 30 ans, de non-solutions. Comment imaginer qu'une machine qui contient cent à mille fois plus d'énergie va permettre, miraculeusement, de résoudre tous les problèmes sur lesquels on piétine depuis un demi siècle ??

Office of Communication

Le Service Communication est chargé de mieux faire connaître ITER et de diffuser une image positive du programme pour favoriser son acceptation. Au travers d'une communication créative et efficace, il valorise la mission d'ITER auprès d'un large éventail de publics, notamment le grand public, la presse et les médias, le monde de l'enseignement, les organismes de financement et les acteurs des collectivités locales. Il pilote également la politique de communication interne du programme.

 


 

Rappel :

Pour télécharger la version française de mon réquisitoire sur le projet ITER à partir de mon site :

ITER, Chronique d'une faillite annoncée PDF (3 Mo)

ITER Chronique d'une faillite annoncée .DOC

Vous pouvez télécharger la version anglaise, directement ici :

ITER, Chronicle of a probable failure (9 Mo)

Version plus légère (3 Mo )

 


30 octobre 2011 : ITER, chronique d'une faillite annoncée, traduit en anglais, et mis sur

le site de Savoir sans Frontieres

http://www.savoir-sans-frontieres.com/JPP/telechargeables/English/ITER/ITER_en.htm

Pour télécharger la version française à partir de mon site :

Version PDF (3 Mo)

Version .DOC

Vous pouvez télécharger la version anglaise, directement ici :

ITER, Chronicle of a probable failure (9 Mo)

Version plus légère (3 Mo )

 

Les traductions en russe, japonais, italien, espagnol et chinois sont en cours.

 


27 octobre 2011. Lettre ouverte adressée ce jour à Monsieur Cedric Reux

 

A Monsieur Cédric Reux.                                                    Pertuis le 27 octobre 2011

Copie à Madame Michèle Rivasi. 
Copie en lettre ouverte, sur mon site Internet
Pièce jointe :
Le document incriminé, assorti d'une annexe
où figurent les extraits de votre thèse
qui ont, entre autres éléments, suscité mon écrit.


Monsieur,

Vous avez, en date du 22 octobre 2011 envoyé à Madame Rivasi, Députée Européenne, une lettre, dont vous m'avez adressé copie, sans un mot de commentaire à mon attention, où vous vous présentez comme indigné par le document que je lui ai remis, rédigé à sa demande, et intitulé "ITER, chronique d'une faillite annoncée", aux fins d'une diffusion auprès de membres du Parlement Européen. 

Vous y prétendez que j'ai fait cette démarche sans vous consulter au préalable.

C'est faux. Avant de me décider à lui envoyer ce document j'avais en vain tenté de vous joindre par mail.

Prétendant que j'ai agi par malveillance et esprit partisan, en tronquant et en détournant vos écrits, vous la priez d'avertir les personnes auxquelles elle aurait adressé ce document de votre désaccord indigné, en leur faisant part de votre disponibilité pour répondre à leurs légitimes interrogations, face aux arguments que je développe dans mon texte.

Vous dites en outre que vous êtes en train d'examiner les recours juridiques qui pourraient être les vôtres, face à cette reproduction d'extraits de votre thèse, que vous considérez comme un détournement malveillant de ceux-ci ceci, dites-vous,  aux fins de défendre votre honneur et votre réputation de scientifique. 

A ma connaissance, le contenu d'une thèse de doctorat, rédigée par un étudiant dont les études et les travaux ont été payés par l'Etat Français, soutenue dans un laboratoire, l'IRFM (Institut de Recherche sur la Fusion par Confinement Magnétique), enclos dans le site de Cadarache, dépendant du CEA, également financé par le contribuable français, est un document public, qui peut être reproduit à des fins non lucratives, et librement commenté sur le plan scientifique.

Au cas où vous envisageriez de déposer contre moi une plainte, pour atteinte à votre honneur et à votre réputation de scientifique, sachez que je déposerais immédiatement un plainte reconventionnelle contre vous, pour les mêmes motifs.

Madame Rivasi vient de répondre à votre lettre en vous offrant la possibilité de justifier vos critiques, face à elle et moi, lors d'une rencontre en sa présence, à Bruxelles.

Je vous offre, moi, deux autres possibilités.

- La première est celle d'exercer un légitime droit de réponse, sur mon site Internet, où figure le document incriminé, en y développant vos arguments à mon encontre. Comme j'ai complété celui-ci par une annexe contenant les très nombreux passages qui ont, entre autre, inspiré mes écrits, (voir la pièce jointe à ce mail), vous expliquerez à mes lecteurs en quoi ceux-ci diffèrent du discours que je tiens dans mon texte de 13 pages.

- La seconde est la possibilité de nous expliquer, d'homme à homme, de manière courtoise, devant la caméra de Jean , le système de l'usage d'une pendule utilisée par les joueurs d'échecs garantissant à chacun l'égalité des temps de parole, comme vous pourrez le constater en visionnant ma dernière rencontre de 50 minutes avec Thomas Vanicek, dans son studio parisien.

Vous pourrez également constater, sur la base de cette vidéo :

http://www.enquete-debat.fr/archives/debat-entre-jean-pierre-petit-et-tomas-vanicek-sur-iter-et-le-nucleaire

que je n'ai rien d'un énergumène.

Comme il semble que vous résidez présentement hors de France, je suis prêt, quant à moi, à financer votre voyage et vos frais d'hôtel, sur mes propres deniers.

Le document serait ensuite diffusé dans son intégralité, sans coupures ni commentaires, sur le site Enquête et Débat.

Les citoyens-contribuables français ont, ce semble, le droit légitime d'avoir accès aux débats contradictoires qui opposent ceux dont ils financent les travaux et les carrières.

Subsidiairement, l'enjeu de notre débat serait, sans équivoque, l'honneur et la réputation scientifique des deux parties. Etant données les attaques que vous avez porté à mon égard, cette descente dans le champ clos offert par nos "médias parallèles", les seuls dont l'accès nous soit offert, me semble s'imposer.

Je vous avertis que je publierai toute réponse de votre part, en ajoutant que vous n'avez pas répondu à ma demande de publier la copie de la lettre que vous avez adressé à Madame Michèle Rivasi.

Sincèrement à vous

Jean-Pierre Petit
Ancien Directeur de Recherche au CNRS
Physicien des plasmas, toujours en activité
Spécialiste de MHD

 


26 octobre 2011 : Des allégations ayant été formulées comme quoi ce document aurait été "rédigé à des fins partisanes", "pratiquant l'amalgamme", "dénaturant le travail de ce chercheur en produisant des extraits tronqués et en en détournant le sens", évoquant l'éventualité d'une procédure judiciaire à mon encontre m'ont amené à le compléter par une annexe où j'ai reproduit, à l'appui de mon écrit, de larges extraits de la thèse de Cedric Reux.

Je précise qu'avant de prendre la décision d'envoyer ce texte à Michèle Rivasi, qui me l'avait demandé, j'avais vainement tenté de joindre Mr Reux par e-mail.

ITER : Chronique d'une faillite annoncé, plus son annexe

Pour faire bonne mesure, pour montrer que les propos tenus par Cédric Reux n'ont rien d'exceptionnel, j'ai reproduit quelques extraits de phrases semblables, issues de la thèse d'Andrew Thorton ( janvier 2011) qui travaille à Culham, Angleterre.

Ils confirment l'ampleur du problème posé par les disruptions pour le développement de tokamaks, non en tant que machines de recherche pure, mais en tant que premiers prototypes d'une famille d'engins ayant prétentions d'alimenter le monde en courant électrique grâce " à un Soleil mis dans une bouteille et une énergie inépuisable".

En fait, ce que j'ai extrait de ces deux thèses n'est que ce que tous les spécialistes des plasmas de fusion savent pertinnement depuis des décennies , mais que personne n'ose dire à voix haute, sous peine d'être immédiatement écrasé par le léviathan de la fusion incontrôlée.

J'ai reçu une lettre amusante, émanant d'un directeur de recherche de l'IRFM (Institut de Recherche sur la Fusion par Confinement Magnétique) qui m'écrivait qu'il allait avertir la commissions 04 du CNRS de mes propos et agissements. Mal informé, il me croyait encore en fonction. Ayant refusé avec violence un débat filmé, il termina sa réponse en précisant "que je serais mieux à ma place dans un hôpital psychiatrique".

Ce dossier dérange énormément de gens, et il est logique de penser que tout ce qui pourrait être de nature à le combattre, par des voies extra-scientifiques pourrait être entrepris. En cas de procès en diffamation, par exemple, la justice rechercherait des experts, susceptibles de se prononcer. Elle n'aurait guère de mal à en trouver, prêts à témoigner contre moi. Mais il lui serait impossible de faire témoigner en ma faveur des spécialistes de la fusion, ce qui les amèneraient à dire ce qu'ils pensent du projet ITER, et à ruiner su même coup leur carrière définitivement.

Mes seuls appuis sont donc :

- Mes connaissances scientifiques et mon aptitude à expliquer des choses complexes au plus grand nombre.

- Le public, via internet, et surtout les médias parallèles, car il serait exclu que je puisse débattre dans un média officiel.

Précisons que, pour le moment, toutes les personnes liées à ITER, sollicitées pour un face à face filmé, face à moi, se sont récusées.

Je ne fonde aussi qu'une confiance limitée envers la justice de mon pays, après le jugement en appel qui me condamna pour diffammation, dans le procès que m'intenta un ancien sous directeur des application militaires au CEA. Celle-ci parvint à vider de mon dossier deux témoignages, qui avaient déjà été produit en première instance, par ce qu'on appelle un artifice de procédure.

Je me souviens très précisément de deux choses.

- Que je me suis retrouvé complètement seul dans la salle du tribunal de la Cour d'Appel de Nîmes. Le journaliste Jean-Yves Casgha, qui m'avait propulsé au coeur de cette affaire d'essais nucléaires souterrains furtifs, qui entraîna la fermeture immédiate de la mine, après la sortie d'un livre où j'évoquais cette affaire, n'avait jugé bon de n'être présent, ni au procès en première instance, ni au procès en appel (il ne fut non plus pas présent à l'enterrement de Jacques Benveniste. moi, si).

- Que mes lecteurs ont promptement répondu à mon appel, en m'envoyant massivement les cinq mille euros de l'amende. J'ai gardé pour moi les deux mille euros de frais d'avocats. Merci à eux.

Mais maintenant, quand un ressortissant de Gardanne m'écrit en me disant "qu'il se passe des choses étranges dans sa région" je l'envoie gentiment paître. Un jour, quand l'eau du ruissellement souterrain aura dissout le calcaire des chambres magmatiques, contenant les déchets d'essais nucléaires clandestins, il faudra peut être envisager de se baigner en Méditerrannée avec un compteur Geiger à la main.

Il est vrai que depuis Fukushima plus rien ne saurait étonner, en la matière.

 


22 octobre 2011 : Le lien vers un document que l'Eurodéputée Michèle Rivasi va diffuser au sein du parlement européen, et que son service est en train de traduire en anglais :

ITER : Chronique d'une faillite annoncée

JPP Vanicek

Débat avec Thomas Vanicek, conseiller du Président du RPF
Acteur du monde industriel, sur le problème d'ITER. 13 Octobre 2011

http://www.enquete-debat.fr/archives/debat-entre-jean-pierre-petit-et-tomas-vanicek-sur-iter-et-le-nucleaire

 


24 Septembre 2001 : Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours :

 

Barack et Israel

 


22 septembre : Manifestation de 60.000 personnes à Tokyo, pour l'abandon du nucléaire.

Manif antinucléaire Tokyo

http://www.lemonde.fr/planete/portfolio/2011/09/19/fukushima-grande-manifestation-antinucleaire-a-tokyo-pour-dire-plus-jamais-ca_1574418_3244.html#ens_id=1493262


19 septembre 2011 :

L'allemand Siemens tire un trait définitif sur le nucléaire et se contentera de fournir des pièces également utilisables pour des centrales thermiques, a annoncé son P-DG, Peter Löscher, à l'hebdomadaire Der Spiegel.

"Nous ne nous impliquerons plus dans la gestion totale de la construction de centrales nucléaires ou dans leur financement. Ce chapitre est clos pour nous", a déclaré le responsable du groupe industriel allemand dans un entretien. "À l'avenir nous continuerons à livrer des pièces conventionnelles, comme des turbines à vapeur.

Cela signifie que nous nous bornons à des technologies qui ne servent pas qu'au nucléaire, mais que l'on trouve aussi dans les centrales à gaz ou à charbon", a-t-il précisé.

Peter Löscher enterre également définitivement le projet de coentreprise avec le groupe public russe Rosatom dans le nucléaire, "qui ne se concrétisera pas". La création d'une entreprise commune avec Rosatom avait été annoncée en mars 2009, peu après que Siemens eut rompu avec le français Areva, en mettant fin à sa participation dans la filiale spécialisée dans la construction de chaudières nucléaires Areva NP. "Les deux groupes sont toujours très intéressés par un partenariat. Mais il portera sur un autre domaine", a ajouté Peter Löscher.

Le P-DG de Siemens justifie cette annonce, attendue depuis plusieurs mois, par la catastrophe à la centrale japonaise de Fukushima et par "la position claire prise par la société et le monde politique en Allemagne" vis-à-vis de celle-ci. "Cela a changé les choses pour nous, chez Siemens", a-t-il admis. Le gouvernement allemand avait décidé en mars d'arrêter immédiatement les plus vieux réacteurs nucléaires du pays puis de condamner les autres à l'horizon 2022. Siemens entend profiter, en tant que fournisseur de turbines à gaz et de matériel pour l'énergie éolienne et solaire, de cette nouvelle politique du gouvernement allemand et devenir un groupe pionnier dans les énergies "vertes".

Source : AFP


15 septembre 2011 : Ainsi, l'anniversaire des 10 ans événements dramatique du 11 septembre 2001 a été "célébré" ces jours derniers.

Nous avons pu voir Obama et Bush, la main dans la main, se recueillir à Ground Zero, une communion émouvante. J'avoue avoir été quelque peu sidéré de la quasi unanimité des médias français face à cet événement, si on excepte quelques très rares exceptions. Une émission de FR3 a "sauvé l'honneur de la profession journalistique", alors que, je n'hésite pas à le dire, nos "Grands Médias" se sont proprement déshonorés. Dans tous les secteurs. La revue Science et Vie a par exemple publié un dossier apportant des réponses imparables aux "thèses conspirationnistes", 'étonnant que, dix ans après les événements, 58 % des hommes de cette Terre remettent en doute la version officielle. . Ainsi, selon la revue, le passeport de Mohammed Atta, retrouvé intact auprès d'une des tours jumelles, avait simplement été éjecté au moment "où l'avion se brisait, juste avant de pénétrer dans une des tours, à 900 km". J'ai Yahoo comme messagerie. Dans Yahoo's news le fait que Ruquier ait invité le fantaisiste Bigard dans son émission "on est pas couchés" a été décrit comme une initiative regrettable et de mauvais goût. Les prestations de TF1 et mains autres médias ont été proprement scandaleuses.

A ce stade, une conclusion s'impose : notre "presse" purement et simplement a cessé d'exister.

Soit son indépendance est devenu un complet mythe, soit le professionnalisme, l'honnêteté ont totalement déserté les salles de rédaction (soit... des deux à la fois). Il ne reste plus que la phrase "apprenez à penser par vous-mêmes, sinon d'autres le feront à votre place". Ils le font, mais mal, et cette complicité vis à vis d'intérêts sordides et meurtriers a quelque chose d'odieux. Nous devons nous dire désormais que s'il n'y avait pas internet, nous n'aurions plus comme brouet à avaler chaque matin qu'une fantastique collection de mensonges.

Comme je vous le montrerai sous peu, ce stratégie du mensonge a aussi contaminé le monde des sciences et des techniques (et les "médias-sciences), à un point que vous ne sauriez imaginer.

Il existe un excellent film, avec de Niro et Dustin Hoffman, qui s'appelle "des hommes d'influence", qui montre comment l'information, "l'actualité" peuvent être purement et simplement fabriquées, à l'instar d'un "produit" comme un autre.

Pour finir, je vous recommande de visionner ce clip de cinq minutes qui résume tout cela sur le mode humoristique. On pourrait se dire qu'au point où en sont arrivées les choses, si tout cela n'était pas si atrocement dramatique, il ne resterait plus qu'à en rire

.

http://www.youtube.com/watch?v=CALSC6PonlI

 

Un courage impensable en France :

 

http://www.youtube.com/watch?v=JEuR2IiYEU4&NR=1

 

Une "simulation d'impact" sur le Pentagone ?

Ceci est une enquête complémentaire effectuée sur l'événement du 11 septembre 2001, concernant le Pentagone. Elle débouche sur une hypothèse assez différente de ce qui avait été avancée jusqu'ici. Je considère que cette contre-enquête est une des plus importantes qui ait été menées jusqu'ici. La trajectoire décrite par des témoins dignes de foi contredit totalement la version officielle.

http://www.reopen911.info/video/national-security-alert-l-attaque-du-pentagone.html

Cette trajectoire observée passe au nord de la trajectoire officielle, indiqué en rouge sur l'image ci-dessous.

 

trajectoire nord Pentagone1

En rouge, la trajectoire officielle. En jaune celles correspondant à six témoignages.

 

Je vous laisse le loin de suivre cette contre-enquête, effectuée avec le plus grand soin. Elle débouche, à mon sens, sur une autre explication des événements, qui ne fait pas recours à un missile. Si vous écoutez les récits des témoins, vous verrez qu'ils suivent un appareil pendant un certain temps. Puis ils font le lien avec ce qu'ils considèrent que son impacts sur la façade du Pentagone. Mais cet impact a-t-il réellement eu lieu ou a-t-il été simulé ?

Or, étant donnée la vitesse et l'altitude de l'appareil, il paraît difficile qu'il ait opéré un virage aussi serré, à aussi basse altitude, et a fortiori s'il avait été aux mains d'un pilote non expert. On peut alors avancer l'hypothèse ci-après.

- Il y a aurait eu effectivement survol du Pentagone à basse altitude par un appareil, soit piloté, soit télécommandé, ce qui serait tout à fait faisable, surtout s'il bénéficie d'une radiobalise installée dans le bâtiment.

- L'appareil n'effectue pas ce virage serré pour percuter la façade, mais continue sa route.

- Mais juste avant (la synchronisation est aisée) des explosifs sont mis à feu, qui vont simuler l'impact sur le bâtiment.

- L'attention des témoins étant instantanément captivée par la lueur et le bruit, leurs regards se sont tournés vers ce "point d'impact". Et même s'ils n'ont pas observé la manoeuvre de virage serré, ils vont "la construire dans leur tête", en faisant le lien " avion + impact sur la façade ".

- Pendant ce temps là l'appareil s'éloigne à grande vitesse en sortant de leur champ visuel.

 

trajectoire nord Pentagone 2

Ligne tiretée : l'appareil s'éloigne en survolant le bâtiment,
tandis que l'attention des témoins est captivée par l'explosion simulant l'impact de l'appareil.

 

Alors, tout colle. Il est inutile de chercher des débris d'avion, des corps, des traces d'impact, des traces de combustion de kérosène puisque rien de tout cela n'a ... existé, sinon ces éléments disposés rapidement sur place par les complices de cette opération. L'aile du Pentagone se prêtait à une préparation de ce genre puisqu'à l'époque elle n'était pas occupée et était le siège de "travaux de réfection". Il était donc possible d'y placer tous les débris possibles. Mais il était aussi important de faire disparaître le maximum d'éléments analysables, en provoquant l'effondrement de l'aile touchée, et en enlevant le maximum de débris. Savez vous par exemple que le gazon situé devant le bâtiment a été recouvert de gravier 24 heures après l'événement. Vous savez aussi qu'on a photographié des éléments du mobilier, et même des piles de dossiers, située dans des pièces immédiatement adjacentes. Comment imaginer que ces objets n'auraient pas été endommagés par le kérosène enflammé, tel qu'on peut le voir brûler lors de l'impact des (authentiques) avions sur les tours jumelles (le fait qu'il s'agisse réellement d'avions de ligne est un autre problème, non éclairci).

On s'empresse, comme à Ground Zero, de faire disparaître le maximum d'éléments, alors que la première phrase que disent des enquêteurs, sur la scène d'un crime est "ne touchez à rien, laissez tout en place !".

Tout a été enlevé, manipulé au plus vite, y compris ces fameux lampadaires, censés signer la trajectoire d'approche de l'appareil.

C'est ... du beau boulot. Il faut compter ensuite avec le choc émotionnel, affectant tout un peuple. Tout ce qui a permis le "non-déroulement" d'une non-investigation. Ceci rappelle les argument de la commission d'enquête à propos des bâtiments du WTC : "pourquoi voudriez vous que nous cherchions des traces d'explosif sur les débris, puisque cet effondrement ne pouvait pas être dû à une démolition contrôlée ?".

Pour la même raison, vous ne verrez jamais les vidéos des caméras de surveillance du Pentagone, qui ont été promptement saisie par le FBI. Vous devez savoir comment fonctionnent de telles caméras. Elles prennent, 24 h sur 24, des clichés numériques tous les n dixièmes de seconde, et les comparent, pixel par pixel. Si rien ne change, inutile de mémoriser un "non-événement". Mais si un objet se manifeste dans le champ de l'objectif, alors la scène est mémorisée. Ainsi, tout ce qui s'est réellement passé ce matin du 11 septembre 2001 au voisinage du Pentagone aurait dû être "fixé sur la pellicule". Mais vous ne verrez JAMAIS ces images, car elle seraient certainement très différentes de la versions officielle.

http://www.reopen911.info/video/national-security-alert-l-attaque-du-pentagone.html

 


11 septembre 2011 :

1500 architectes concluent que l'effondrement du bâtiment numéro 7 a été le fait d'une démolition contrôlée.

http://www.reopen911.info/News/2011/09/12/des-specialistes-face-aux-mystere-du-batiment-7-video/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Reopen911-News+%28ReOpen911+-+News%29

Pendant ce temps, Obama, se joint à Bush pour cautionner la version officielle du drame. C'est insoutenable


10 septembre 2011 : Pour garder cela en tête, à l'époque de tous les bourrages de crâne et de tous les mensonges.

Mathieu Kassowitez :

http://www.dailymotion.com/video/xl0yf6_mathieu-kassovitz-parle-du-11-septembre-2001-vous-avez-le-droit-de-douter-de-la-version-officielle_news?start=2#from=embediframe

http://www.youtube.com/watch?v=-tyiVnKafAg&feature=share

http://www.youtube.com/watch?v=eOVzpz8KJxc&NR=1

http://www.youtube.com/watch?v=_aWJDrYrAZQ&NR=1

http://www.reopen911.info/

http://www.youtube.com/watch?v=3RC9-Otl700&NR=1

Pentagone : Photos haute résolution montrant des débris de l'avion :

http://publicintelligence.net/911-pentagon-damage-immediate-aftermath-high-resolution-photos/

Pentagone, photos aériennes : http://publicintelligence.net/911-pentagon-damage-high-resolution-aerial-photos/

FR3 brise l'Omertà : http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/france-3-brise-l-omerta-sur-le-11-31652


9 Septembre 2011 : A Fukushima, les travailleurs se cachent pour mourir

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fukushima-les-travailleurs-se-100341


C'est dans la logique des choses : le gouvernement fait tout son possible pour réduire la liberté de la presse :

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/09/08/la-motion-de-defiance-contre-le-pdg-de-l-afp-adoptee-a-88_1569626_3236.html#xtor=AL-32280308


58 % des français ont de sérieux doutes sur l'authenticité de la version officielle des événements du 11 septembre 2001

Les "grands médias français" n'en doutent point. Par exemple, la revue Science et Vie qui, dans son numéro de septembre 2011 s'étonne que plus de la moitié des français donne encore dans "ces absurdes thèses conspirationnistes.

Ainsi, l'explication du fait qu'on ait retrouvé un passeport d'un "terroriste" au pied des tours jumelles s'explique aisément. Le passeport a été libéré, intact, quand l'avion s'est brisé au moment de pénétrer dabs la tour à 900 km/h.

http://www.voltairenet.org/58-des-Francais-doutent-de-la


8 Septembre 2011 : Le procès contre le professeur Pellerin, intenté par les victimes française du nuage de Tchernobyl, après dix années de procédure, se termine par un non-lieu. Repoussé par anicyclone des Açores, le nuage est bel et bien resté confiné à nos frontières, ou peu s'en faut. Les doses des dépôts de radio-nucléides sont restées "faibles" et le lien avec l'accroissement des cancers de la thyroïde n'a pu être établi.

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Nuage-de-Tchernobyl-fin-des-actions-en-justice-_3636-1983265_actu.Htm

Nous entrons maintenant dans l'ère où il sera possible de vivre en mangeant de la nourriture contenant des toxiques, en respirant de l'air contenant des radionucléides, en vivant dans des régions contaminées par différents polluants, chimiques ou nucléaires, dans la mesure où les taux resteront " en dessous des normes ".

L'intoxication, le déclenchement de maladies par l'exposition sur de longues durées à de faibles doses n'entre pas dans le cadre de la législation française.

Sur ce point, l'aménagement des normes par les autorités japonaises situe notre nouvelle façon de vivre, notre façon moderne de vivre, en cohabitant avec les polluants générés par notre moderne techno-science.

La rançon du "progrès", en quelque sorte

Cela fait penser à la phrase de Molière qui, après avoir écouté l'avis de ses médecins, leur avait déclaré :

- En somme, je meurs guéri....

En transposant, on pourra dire que " nous mourons dans les normes "

 

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/09/07/tchernobyl-joly-denonce-un-etat-au-dessus-des-lois_1569052_3244.html

Tchernobyl : Joly dénonce un Etat "au-dessus des lois"


LEMONDE.FR Avec AFP | 07.09.11 | 17h12   •  Mis à jour le 07.09.11 | 19h26
 
 
La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts à la présidentielle, Eva Joly, considère que ce non-lieu est "un déni de justice pour les victimes de la crise sanitaire de Tchernobyl"

AP/Thibault Camus

Eva Joly, candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle, a dénoncé, mercredi 7 septembre, un Etat "au-dessus des lois" après le non-lieu accordé par la cour d'appel de Paris au Pr Pierre Pellerin, dans l'enquête sur l'impact du nuage de Tchernobyl en France.
 
"Vingt-cinq ans après l'accident de Tchernobyl, la responsabilité de l'Etat n'est pas reconnue par la justice. Ce non-lieu est un déni de justice pour les victimes de cette crise sanitaire, notamment pour les nombreuses personnes souffrant de troubles de la thyroïde", écrit l'eurodéputée dans un communiqué.
 
"Dans le cadre de la campagne présidentielle, je proposerai une nouvelle législation qui tienne compte des risques sanitaires induits par de telles catastrophes. La justice ne doit plus être aux ordres et l'Etat doit prendre ses responsabilités lorsqu'il a failli, ce qui a été le cas lors de la catastrophe de Tchernobyl", poursuit-elle.
 
Dans un autre communiqué, l'eurodéputée EELV Michèle Rivasi, fondatrice de la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) estime également que "ce non-lieu est un non-sens".
Pour Noël Mamère (EELV), "ce non-lieu est un déni de justice qui prouve la force du lobby nucléaire dans notre pays". (...) "C'est une preuve supplémentaire de la nécessité de sortir du nucléaire, qui est une industrie dangereuse et qui est basée sur le mensonge et l'omerta". "C'est aussi une insulte pour ceux qui sont malades des suites du passage du nuage de Tchernobyl. C'est révoltant", a conclu M. Mamère.
 
Le réseau Sortir du nucléaire a estimé que la cour d'appel de Paris a "volé le procès aux malades de la thyroïde en France".

 

LA CORSE EN COLÈRE

En Corse, où l'augmentation du nombre des malades de la thyroïde avait explosé dans les années qui ont suivi la catastrophe, les réactions sont aussi très virulentes.
 
"Avec ce non-lieu, on s'est moqué de nous", a déclaré le Dr Denis Fauconnier, généraliste aujourd'hui retraité, qui avait le premier souligné les retombées de la catastrophe sur la population insulaire. "Les dégâts provoqués, a-t-il ajouté, étaient connus au plus haut niveau de l'Etat. Je n'ai cessé depuis 1986 de réunir les preuves de la répercussion du passage du nuage radioactif sur la Corse, elles sont irréfutables."

Une forte augmentation des troubles de la thyroïde a été observée en Corse, selon un rapport d'experts cosigné par les Prs Pierre-Marie Bras et Gilbert Mouthon, sur la base d'un échantillonnage tiré de 2 096 dossiers du Dr Jean-Charles Vellutini, premier endocrinologue installé en Corse.
 
La présidente à l'Assemblée de Corse de la commission Tchernobyl, chargée d'établir une carte épidémiologique de l'île montrant le lien entre la catastrophe de Tchernobyl et l'augmentation des cas de cancer et de maladies de la thyroïde, a indiqué que les travaux continueraient. "Nous n'acceptons pas le mensonge d'Etat et notre enquête doit permettre à des victimes d'aller en justice", a déclaré Mme Risterucci.

 


4 septembre 2011 : Corinne Lepage, de retour du Japon, sur rue 89


http://www.rue89.com/corinne-lepage/2011/09/02/de-retour-de-fukushima-ou-le-silence-et-les-mensonges-tuent-220331

Ailleurs, le silence radio complet. 11 septembre, Japon : on a vraiment une presse de merde. Sur Yahoos'news, la nouvelle du jour "Jonnhy Halliday s'est teint les cheveux".

Passionnant....

Sur les couvertures des grands magazines : "DSK revient, après sa traversée du désert". Il faut dire que les socialistes sont tellement nuls que celui-là aurait pu être leur champion. Certains doivent y songer. Question de sondages. Un lecteur m'avait envoyé sur un site donnant des vidéos composées avec des extraits de déclarations faites au cours des différentes campagnes présidentielles. Seules les vidéos se référant à Le Pen et Arlette Laguiller étaient accessibles. L'accès aux autres a été promptement invalidé.

Passionnant

Science et Vie : les travaux de simulation effectués à l'observatoire de Nice expliquent tout sur le système solaire. Plus que quelques mystères à expliquer. Pourquoi l'axe de rotation d'Uranus est basculé de 90°, couché dans l'écliptique, par exemple? Mais ça sera sans doute pour la prochaine fois. Plus loin, un long article, signé par un courageux anonyme, nous explique tout sur le 11 septembre. Décidément, ce canard ne vaut pas un clou.

Passionnant

Imaginez que l'avion d'Ader se soit arraché du sol sur quelques mètres, et que 35 pays se soient unis pour créer, dans 50 ans, une ligne aérienne Paris New York, avec des avions à vapeur. L'étape suivante est de construire un "Eole" plus grand, plus cher, en visant un vol de 100 mètres au lieu de cinq.

A-t-on testé la résistance de l'acier de ses ailes ? Non, ça se fera sur le prototype. Le moteur sera-t-il assez puissant pour arracher la machine du sol ? L'expérience le dira. Eh oui, avec ITER, on fait d'une pierre deux coups. On construit une ébauche de générateur, qui est aussi un banc d'essai pour les matériaux.

N'aurait-il pas été plus judicieux de tester ces matériaux avant ? Il avait été prévu de construire un banc à cet effet, au Japon. Vous trouverez un schéma, sur Wikipedia (http://en.wikipedia.org/wiki/International_Fusion_Materials_Irradiation_Facility).

Le schéma illustrant cette page est trompeur :

 

IFMIF

 

A gauche l'intersection de deux faisceaux de deutérons issus d'accélérateurs de particules linéaires

 

Vous avez vu ? Ca n'est pas compliqué. On envoie des pinceaux d'ions deuterium de haute énergie sur une couche de lithium de 25 mm d'épaisseur. Laquelle produit des neutrons d'une énergie voisine de celle des neutrons de fusion.

La réalité est autrement plus complexe, et ... chère. Je n'ai trouvé que cette image, en basse résolution, prélevée sur un powerpoint diffusé par le CEA. Page 15, une planche vous donne le chiffre de l'énergie stockée dans l'aimant

51 Gigajoules. Mise en puissance : 2,3 mégawatts pendant six heures.

Le brillant auteur de ce power point fait ensuite une comparaison avec le porte avion Charles de Gaulle. C'est à la page 15 du powerpoint :

 

energie aimant

Au passage, il s'est trompé de porte-avion. Trente huit mille tonnes, ça serait plutôt voisin du Clémenceau. Le Charles de Gaulle :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Gaulle_%28porte-avions%29

et c'est 42.000 tonnes. Calculez ensuite la vitesse correspondant à un énergie (cinétique) de 51 gigajoules.

Je vous laisse la surprise...

J'ai peur qu'ITER ne soir conçu avec des calculs de ce genre. J'en suis même convaincu. Passons à l'unique image trouvée de l'IFMIF (Iternational Fusion Material Facility). C'est page 30 (roadmap c'est "la feuille de route" ):

 

IFMIF small

 

Le dessin est à l'échelle. L'installation qui était censée être construite au Japon, pour tester les matériaux à un flux intense et prolongé de neutrons en 14 MeV est plus grande que le réacteur. Deux cent cinquante mètres de long. Prix : entre 3 et 5 milliards d'euros. Réalisation : 5 ans. Ca n'est pas "une manip de table", comme suggéré dans l'illustration de Wikipedia. Pourquoi ? Parce qu'accélérer des noyaux de deuterium en leur conférant des énergies de 10 à 40 MeV ça n'est pas rien. Il faut une technologie du genre CERN.

Ce projet n'existe même pas sur le papier, alors qu'on aurait dû commencer par ça ! Mais ça impliquerait de faire collaborer étroitement le CERN et e CEA, plus le Japon. Et ça ....

Rassurez-vous, Motojima nous l'a dit : ITER "validera le tenue des matériaux, au fil d'expériences n'excédant pas 400 secondes.

Agrandissons l'image :

 

IFMF large

L'installation mythique qui était prévue (au Japon) pour tester les matériaux destinés à la conception d'ITER
sous l'effet d'une irradiation prolongé par des neutrons dotés d'une énergie de 14 MeV

 

PIE facility : http://www.jaea.go.jp/04/o-arai/joyo_users_guide/plant/flow/main.html

RFD : " Radio Frequency Driver "

 

S'il n'y avait que ça ! J'en ai, de la copie à rédiger. Les tokamaks sont des machines hautement instables. Elles l'ont toujours été. Ce sont des instabilités MHD. L'image d'un plasma torique, bien sage et uniforme, solidement bridé par son champ magnétique "assurant son confinement" n'est qu'une ... image de synthèse, un mensonge diffusé par le service de communication.

Dans les faits, le cordons de plasma de 10 à 30 cm de diamètre où les réactions de fusion se situent, sur "l'âme du tore", est fichument instable. Il se tortille pour un oui ou pour un non. ITER et le JET ont connu une kyrielle de ce qu'on appelle pudiquement des " disruptions " , mprévisibles, incontrôlables. Je viens de lire une thèse de 2010 sur le sujet.

On vous a dit qu'ITER était "un soleil en éprouvette". Si on veut. Mais le soleil est-il stable ? Avez-vous entendu parler des éruptions solaires ? Ce sont des instabilités MHD qui donnent naissance à des boucles mêlant plasma et champ magnétique. Quand ces arches se brisent, elles libèrent les charges électriques qu'elles contiennent, qui sont alors violemment accélérées par le gradient de champ magnétique, comme des spores relachés. Le soleil émet alors des bouffées de particules à haute énergie. C'est au passage pour cela que la "couronne solaire" est si chaude, alors que la température à la surface du soleil avoisine les 6000°C seulement.

Un phénomène similaire se produit dans les plasmas des tokamaks. Le cordon de plasma se distord, se brise. Des électrons de 10 à 40 MeV sont alors projetés n'importe où, sur les parois. Sur le JET et Tore Supra l'intensité de telles "décharges de foudre" est de l'ordre du million d'ampères. Sur ITER on a calculé que les "disruptions" atteindraient 15 millions d'amères.

Bien sûr, ces coups de foudre volatilisent la partie de la paroi qui est touchée. Les forces électromagnétiques font éclater des éléments, les tordent. J'ai récupéré des photos.

Comment négocier ce problème ? On n'en sait rien, La Thèse de Dreux, 2010, suggère d'injecter, avec un temps de réponse d'une milliseconde, une bouffée de gaz froid, ce qui revient à éteindre le réacteur.

Au passage, si ITER fonctionne 10 minutes, ITER il aura épuisé son chargement de mélange deutérium-tritium. Il faudrait alors le réalimenter en ... tirant des glaçons d'une taille millimétrique, faits d'hydrogène lourd. En se vaporisant et en s'ionisant immédiatement, ceux-ci seront sources de .. disruptions.

Bref, si un jour un réacteur à fusion fonctionne, ce dont je doute, on pourra le comparer à une chaudière. Les arceaux qui brident le bête, sous l'effet de force électromagnétique titanesques, contiennent autant d'énergie d'un porte avion lancé à 170 km/h. Si la supraconduction cesse dans un de ces arceaux, ce "récipient magnétique" est déséquilibré. Ainsi en a-r-il été du champ de Tore Supra, entièrement détruit au début des années quatre vingts. On a dû tout reconstruire : deux ans d'arrêt. Vous le saviez ?

En face, le machiniste ne sait pas comment évacuer la "cendre", l'hélium, parce que ces foutus atomes légers se tiennent loin du système de pompage, le "divertor". Quand il faut réalimenter la machine, notre machiniste envoie des grains explosif à l'aide d'une ... sarbacane. Et su cela déséquilibre le bazar, il lui faut avoir à portée de main un seau, pour noyer sa chaudière.


25 août 2011 : Une vidéo qui circule, évoquant ce qui se passe au Japon, et le souhait de habitants de Fukushima (300.000 habitants) qu'on évacue leurs enfants.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xknapc

En découvrant cette vidéo, l'internaute sera tenté de se demander quelle est cette localité intitulée Tohoku, peuplée par 3 millions d'habitants. En fait ça n'est pas une agglomération, mais toute une région, constituant le nord-est du Japon, touchée par les émanations radioactives de la centrale de Fukushima. Elle est à vocation agricole et constitue "le grenier à riz du Japon" (...)

Tohoku

La vidéo nous montre tout ce que "l'événement de Fukushima" va pourrir, comment des paradis deviennent des enfers, quand se propduisent des accidents nucléaires. Ce qui est arrivé là-bas peut survenir en France, partout, à tout moment.

Un ami vient de rentrer du Japon hier. Son épouse est restée là-bas pour quelques semaines, rendant visite à ses parents. Son impression générale : au Japon, face à une situation ingérable, sans solution, en dehors de quelques ilôts de protestation et de révolte, l'attitude générale est la résignation et le refoulement. Les gens achètent les légumes sans se soucier de leur provenance.

A l'Est rien de Nouveau ....


23 août 2011 : Hommage à une homme courageux. Lien


20 août 2011 : A ne pas oublier. Le témoignage du fils du juge Roche

http://www.youtube.com/watch?v=EBL4cmwoCa8

http://www.youtube.com/watch?v=qOZxG2O9YVs&NR=1

 


 

Sur fond du silence assourdissant de la presse :

 

20 août 2011 : Enquête de A2 sur les centrales en bout de potentiel

http://fukushima.over-blog.fr/ext/http://envoye-special.france2.fr/les-reportages-en-video/nucleaire-faut-il-avoir-peur-de-nos-centrales-9-juin-2011-3530.html

22 août : Ce lien, qui fonctionnait encore il y a 48 heures, a été invalidé. Il s'agissait d'une vidéo où on montrant que les enceintes de Fessenheim (la plus vieille centrale française : 30 ans, dont le fonctionnement a été reconduit sur 10 années supplémentaires) avaient été construites avec un béton fait avec du sable à forte granulométrie, devant poreux, se fissurant avec le temps. D'où une perte d'étanchéité et un taux de fuite " supérieur à la norme", et une conclusion : en cas d'accident majeur l'enceinte serait incapable de retenir les produits radioactifs. Sollicitée, EDF a réparé cette enceinte avec des "rustines" en plastique qui ne tiendraient pas à la chaleur. Des employés d'EDF, masqués, montrent des documents "internes" témoignant du cynisme du groupe, dont la seule idée est de doubler le taux de fuite considéré comme "normal". Cela et maintes autres choses de ce genre.

Japon, France, même combat.

Il faut que les Internautes mettent à l'abri de tels documents, "sensibles", pour éviter qu'ils ne disparaissent, en les plaçant non seulement sur d'autres sites mais sur des supports hard tels que des copies CD ou DVD, pour que ces fichiers puissent être rapidement remis en ligne

Internet est une guerre de tous les instants. L'arme la plus pernicieuse en matière d'information est le silence, comme celui qui accompagne actuellement la suite des événements de Fukushima et de Tripoli. .

24 heures plus tard : le lien refonctionne.

 


20 août 2011 : Fukushima : aucune incidence sur le développement du nucléaire dans le monde :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25681


12 août 2011 : Le corium.

Voici deux articles extraits d'un site consacré au suivi des événements de Fukushima, abordés sous un angle résolument technique. On y trouvera des données impressionnantes. Extrait :

 

6. Progression du corium
Si l’on se réfère à une étude réalisée par l’Oak Ridge National Laboratory qui évoque une simulation d’accident de ce type dans un réacteur à eau bouillante similaire à ceux de Fukushima Daiichi, on sait qu’il suffit de 5 heures pour que le cœur ne soit plus recouvert d’eau, 6 heures pour que le cœur commence à fondre, 6h30 pour que le cœur s’effondre, 7 heures pour que le fond de la cuve lâche, et 14 h pour que le corium traverse une couche de 8 m de béton, avec une progression de 1,20 m par heure (5). On peut donc raisonnablement supposer que la cuve du réacteur 1 de Fukushima Daiichi a été traversée par le corium dès le soir du 11 mars et que cette pâte incandescente est passée sous la dalle dès le 12 mars 2011.

 

http://fukushima.over-blog.fr/article-le-corium-de-fukushima-1-description-et-donnees-81378535.html

http://fukushima.over-blog.fr/article-le-corium-de-fukushima-2-effets-et-dangers-81400782.html

 

coeur_fondu

Extrait d'une vidéo produite par le ministère Japonais de l'Industrie
Illustrant le processus de fusion du coeur et de percement de la cube

 

percement cuve1       flaque béton

A gauche le fond de la cuve, rougeoyant. A droite, flaque de corium sur le béton

 

perceent béton     percement béton 2

Le corium (1500 à 2500°) fond, volatilise le béton (qui résiste à 110°), et s'enfonce dans le puits cylindrique qu'il creuse dans le béton
Les fumées qui s'échappent traduisent la gazéification du béton sous l'effet de la chaleur

Autre extrait :

Le pire des cas serait un corium qui s’engouffrerait ou s'enfermerait dans le béton ou le sol, ce qui non seulement offrirait la meilleure forme possible pour conserver son intégrité, augmenterait le nombre de neutrons récupérés, mais en plus, la masse deviendrait, de facto, inaccessible, ce qui le rendrait impossible à refroidir.

C’est ce cas de figure qui semble se produire actuellement à Fukushima pour au moins l’un des réacteurs (n° 1). D’où l’idée de construire une enceinte souterraine qui limiterait la dissémination de la radioactivité dans le sol. Mais Tepco, entreprise privée exsangue, ne paraît pas être pressée de protéger l’environnement car ce projet, s’il était soumis aux actionnaires, ne serait sans doute pas accepté car trop coûteux.

Lors de l’accident de Tchernobyl, les Soviétiques n’avaient pas hésité à construire une dalle de béton sous le réacteur pour empêcher la descente du corium. Pourquoi les Japonais n’ont pas fait la même chose ? Peut-être à cause du coût, peut-être à cause de la présence de l’eau, peut-être parce que c’était trop tard ?

 

Dans la vidéo suivante, vous trouverez un film réalisé lors de l'expérience Vulcano, menée sous l'égide de l'Institut de Radioprotection et de Sécurité Nucléaire (IRSN), pour étudier l'effet d'un corium, porté à 2000°C sur un support en béton. Les expérimentateurs ont reconstitué la composition de ce corium en mélangeant des oxydes d'uranium 238 (non fissile) et des débris de des gaines en zirconium, le tout étant fondu et porté à une température de 2000°C par chauffage HF. Cette sorte d'ébullition lente qu'on voit correspond au dégagement gazeux lié à l'attaque du béton par ce corium. Vous avez donc sous les yeux ce qui peut être à l'oeuvre sur les radiers des réacteurs de Fukushima, si le béton dont ceux-ci sont constitués se trouve attaqué par une masse de corium, dont la forte température serait alors entretenue par des réaction de fission, avec une certaine criticité. Celle-ci ne se produira que si une masse suffisante de corium s'es écoulée des cuves perforées, quantités inévaluables, faute de pouvoir y aller voir de près. Mais a priori les quantités de corium correspondant aux chargement des réacteurs est bien supérieure au chargement du réacteur de Tchernobyl. Comme on pourra le lire dans les articles mis en lien, quand cette fusion du béton s'amorce, le corium "s'autoconfine" et sa descente dans ce matériau, qui peut atteindre 1,2 mètres par jours, est illimitée. En fin dr vidéo on voit nettement comment ce corium s'est enfoncé dans un béton qu'il a volatilisé. Ceci invalide une phrase d'un responsable de l'ASN françaises (autorité de sûreté nucléaire) qui disait "il ne faut pas dramatiser. Il y a quand même 8 mètres d'épaisseur de béton !". Une remarque dénué de pertinence.

 

corium essais

Gazéification du béton par un corium à 2000°C

http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/Experience_Vulcano.aspx

 

 

Fukushima le fond du réacteur

Extrait d'un documentaire en japonais, non sous-titré, décrivant la construction de la centrale :

http://fukushima.over-blog.fr/article-la-construction-de-la-centrale-nucleaire-de-fukushima-daiichi-83298407.html

 


 

Les banques se moquent des emprunts contactés par les habitants de Fukushima.

Poignant ....

http://www.youtube.com/watch?v=AZWPVqegZ-U

 


 

Actualité :

 

Bernard Bigot

" Quand les gens bâtissaient les cathédrales ...."

Bernard Bigot en vidéo : " sans confiance, il n'y a pas d'avenir possible "

http://www.dailymotion.com/video/xatls0_bernard-bigot-et-les-dechets-nuclea_news

Une confiance qui porte sur 9000 générations humaines

 

Au chapitre de la confiance aveugle que Bernard Bigot (qui en tant que Haut Commissaire à l'Energie Nucléaire chapeaute en France tout ce qui concerne ce domaine) souhaite que les Français lui accordent, aveuglément, concernant se politique d'enfouissement des déchets, dont la durée de vie peut atteindre 200.000 ans, se reporter au nombreux dossiers déjà mis en ligne sur ce site. Par exemple le reportage d'Elisee Lucet " La France Contaminée ", à voir ou à revoir (l'ensemble des liens)

http://www.youtube.com/watch?NR=1&v=MWY-pxM1Vgw

Voir ou revoir mon long commentaire de l'émission Complément d'Enquête, diffusée juste après la catastrophe de Fukushima.

Ajoutez la politique de production du MOX (la France n'est pas la seule), consistant à équiper les réacteurs d'un mélange hyper-dangereux d'uranium 238 et de plutonium 239. Soixante tonnes de plutonium stockés à la Hague, dans des conditions précaires (120 tonnes en Angeterre, 300 tonnes au total en France).

Ajoutez le bide complet de la construction du surgénérateurs à neutrons rapides Super Phénix (9 milliards d'euros), en cours de démantèlement (1 milliard d'euros). Article du Canard Enchaîné.

Ajoutez le projet démentiel et irresponsable (dont on ne parle soudain plus) d'exportation de mini-réacteurs nucléaires, calqués sur les réacteurs de nos sous-marins nucléaires, pour "alimenter des villes côtières. Lien

Lisez ce reportage sur

 

Les serfs du nucléaire

 

 


9 août 2011 : Affaire des l'effet de serre d'origine humaine. Cela fait plusieurs années que mes lecteurs me demandent de me pencher sur ce dossier. J'ai entrepris de la faire, et c'est effectivement un dossier capital, débouchant sur la question fondamentale : l'émission de gaz à effets de serre, lié aux activité humaines, a-t-elle un effet notable sur le climat de la Terre, ou celui-ci est-il piloté par d'autres "acteurs", majoritairement importants, comme le Soleil ? Nous disposons maintenant de suffisamment de résultats d'analyse pour montrer qu'il y a matière à débat. Avant que je mette en ligne ma propre analyse, j'incite le lecteur à regarder les vidéos émises par la BBC, ainsi que les conférences du Français Courtillot (dans le désordre)

1/4 :http://www.dailymotion.com/video/xcwhmg_rechauffement-climatique-interrogeo_webcam

2/4 - http://www.dailymotion.com/video/xcwhrl_rechauffement-climatique-interrogeo_webcam

3/4 : http://www.dailymotion.com/video/xcwhvb_rechauffement-climatique-interrogeo_webcam

4/4 : http://www.dailymotion.com/video/xcwhxd_rechauffement-climatique-interrogeo_webcam

2 : http://www.dailymotion.com/video/xcwhvb_rechauffement-climatique-interrogeo_webcam#from=embed

Courtillot :http://www.dailymotion.com/video/xbm4vo_les-erreurs-du-giec-a-nantes-partie_news

Courtillot 3/3: http://www.dailymotion.com/video/xbm6zl_les-erreurs-du-giec-a-nantes-partie_news

26 août 2011 : Pour être complet, un article récent, faisant état d'expériences menées au CERN, remettant en cause la thèse de la création des nuages oar les rayons cosmiques....

http://actu.orange.fr/sciences/comment-se-forment-les-nuages-premieres-surprises-des-physiciens-du-cern-afp_204010.html


Vidéos suivantes : Cette série se réfère aux travaux du Danois Svensmark. Une collaboration s'ébauche entre des chercheurs étudiant le paléoclimat, à travers des études variées, et des astrophysiciens qui s'intéressent à l'accroissement du flux de rayons cosmiques lorsque le système solaire traverse un bout de bras spiral de notre galaxie. Alors la fréquence d'éclatement de supernovae croît, lesquelles correspondent à des fins de vie d'étoiles massives à durée de vie courte. Pourquoi "voit-on les bras spiraux" ? Parce que le gaz y est illuminé par les étoiles jeunes. Pourquoi le gaz n'est-il pas illuminé en dehors des bras ? Parce que ces étoiles ont "des jeunesses courtes". Passé ce temps, elles cessent d'émettre des UV et de provoquer une fluorescence du gaz.La migration des étoiles jeunes hors des bras, la durée de leur jeunesse exubérante correspond ... à la largeur des bras. Les bras sont des zones où le gaz est plus dense (contraste de densité : 3 à 5) . Ce sont des ondes de densité. Ces fluctuations de densité suscitent la naissance d'étoiles, qui illuminent ce gaz. Parmi ces jeunes étoiles, un certain pourcentage sont supermassives et évoluent très rapidement en supernovae, génératrices de particules à haute énerge.

Une théorie s'ébauche, avec des corrélations élevées, liant l'action des rayons cosmiques sur la nébulosité, donc sur l'albedo terrestre, donc sur le climat, au grand dam des tenants de théorie dominante, invoquant l'effet des gaz à effet de serre, liés à l'activité humaine. Selon les analyses, qu'on détaillera, la forte corrélation entre température et teneur en CO2, cheval de bataille d'Al Gore, serait bien réelle, mais avec une ... causalité inversée. Ce seraient les variations de la température atmosphérique, communiquée aux mases océanes avec retard, qui entraîneraient des relâchement ou captations de CO2.

Scecret des nuages  2/5 : http://www.dailymotion.com/video/xctetz_2-5-le-secret-des-nuages_news

Secret des nuages  3/5 : http://www.dailymotion.com/video/xctepg_3-5-le-secret-des-nuages_news

Secret des nuages  4/5 : http://www.dailymotion.com/video/xctele_4-5-le-secret-des-nuages_news

Secret des nuages  5/5 :http://www.dailymotion.com/video/xctehq_5-5-le-secret-des-nuages_news

En fait, mon travail va consister à faire une synthèse, illustrée, de cet ensemble, pour éviter au lecteur des heures de vidéos.


9 août 2011 : Ressemble étrangement à des reportages faits pendant la guerre d'Algérie

http://www.youtube.com/watch?v=RHPEhW4xVoM&feature=related


4 août 2011 : Un excellent papier du Canard Enchaîné sur le démantèlement de Superphénix

et :

Reportage FR3 à la mairie de Saint Paul lez Durance :

Compte rendu de la dernière rencontre avec la Commission d'Enquête Publique pour l'Installation Nucléaire de Base ITER.

- Remise d'une pétition du collectif Stop Iter avec 7731 signatures (en une semaine !)

- Remise du dossier scientifique que j'ai cosigné avec trois autres physiciens

- Point de vue de Monique Labarthe, représentante du Collectif

- Le commissaire présent assure que des réponses aux questions (que nous avons formulées dans le dossier scientifique) seront demandées à ITER ORGANIZATION avant que la Commission d'Enquête Publique ne formule son avis.

Voir à partir de 5'15

http://www.pluzz.fr/jt-19-20-provence-alpes-2011-08-04-19h00.html

 

La provence 5 août 2011

La Provence, Alpes, numéro du 5 août 2011

Pour la clôture de l'Enquête Publique en catimini, en pleine période des vacances, c'est raté....

Le 8 juillet 2001, interviewés, les membres de la commision disaient, depuis l'ouverture de l'enquête Publique le 5 juin "que les interrogations des visiteurs s'étaient surtout situées dans le domaine philosophique.

Nous (J.M.Brom, D.Lalanne, C.Nazet; J.P.Petit) avons adressé à son Président une lettre (ouverte, puisqu'on pourra la télécharger en pdf dans le site de Sortir du Nucléaire ) qui en fait s'adresse la direction scientifique d'ITER ORGANIZATION, puiqu'elle comporte des questions qui sont d'un autre ordre que "des interrogations d'ordre philosophique".

http://groupes.sortirdunucleaire.org/ITER-C-est-le-moment-de-dire-NON

Colonne de droite : "Des scientifiques...."


5 août 2011 : Commentaires de Dominique Leglu, rédactrice en chef de Science et Avenir sur la catastrophe de Fukushima, avec des réflexions sur le sûreté nucléaire en France :

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/08/03/fukushima-suite-41-la-grande-lecon-de-fukushima-pour-la-fran.html


3 août 2011 : L'usine anglaise produisant du MOX (combustible nucléaire composé de 93 % d'uranium 238, non fissile, et de 7 % de plutonium, fissile) située dans le complexe de Sellafield vient d'être fermée, à cause de la mévente de ce dangereux mélange (qui, fabriqué en France par Areva, équipait le réacteur n°3 de Fukushima, dont l'explosion et la rupture de cuve a entraîné une dispersion de plutonium, le plus dangereux des radio-nucléides. 600 ouvriers voivent être recasés.

Une précision : la Hague entrepose 60 tonnes de plutonium, mais chez les Anglais c'est 120 tonnes !`

300 tonnes stockées au total en France.

 

Sellafield

Le principal complexe nucléaire anglais, à Sellafield. 10.000 employés.

http://www.guardian.co.uk/environment/2011/aug/03/sellafield-mox-plant-close

N'allez pas vous imaginer que cette fermeture répond à des impératifs de sûreté. Sellafield, qui retraitait les combustibles usés japonais, est en difficulté. Dans l'article on lira au contraire " qu'il existe un marché pour le MOX et que cette activité doit repartir au plus vite. En France, la Hague tourne toujours à plein régime.


2 Août 2011: Radioactivité record à Fukushima

http://www.europe1.fr/International/Radioactivite-record-a-Fukushima-652065/


31 Juillet 2011 : A l'Est, rien de nouveau

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/on-a-retrouve-le-corium-de-98117


30 juillet 2011 : La colère monte chez les habitants de la ville de Fukushima, qui demandent pourquoi ils ne sont pas évacués, pourquoi leurs enfants ne sont pas évacués, et pourquoi le gouvernement refuse d'analyser les urines de leurs gosses, qu'il apportent. Choquant (sous-titrage plus complet)

http://www.youtube.com/watch?v=FcHdaNg1AQQ.

Témoignage d'un Français vivant au Japon. Suicide des fermers Japonais:

http://www.youtube.com/watch?v=c8gsS3i6HWs&feature=related


28 juillet 2011 : Ca ne finira donc jamais ....

http://www.rtl.be/sport/touslessports/autressports/222520/deces-de-l-apneiste-patrick-musimu-dans-sa-piscine-a-bruxelles et Lien


27 juillet 2011 : Dans cette vidéo, Bouguignon, spécialiste en agrobilogie, fait le point sur la dégradation des sols dans le monde, liée à la "revolution verte", qui a confiée à des grandes sociétés d'agro-alimentaire la gestion des ressources alimentaires de la planète.

http://www.dailymotion.com/video/xgihf2_claude-bourguignon-colloque-ou-va-le-monde_news


27 juillet 2011 : Dans cette vidéo, une "visite guidée" de la ville morte de Pripyat, située à quelques kilomètres de Tchernobyl, 40.000 habitants. Vidée de ses habitants trois jours après la catastrophe. Les unités de la centrale nucléaire 1 à 4 sont toujours sous contrôle, et l'intérieur du sarcophage de l'unité 4 fait l'objet d'inspections en dépit de la radioactivité.

http://www.youtube.com/watch?v=_NLF3moePdo&feature=related


27 juillet 2011 : Un lien qui montre le volume de la dette des Etats-Unis, exprimée en billets de dix dollars. http://www.wtfnoway.com


27 juillet 2011 : Sur l'extension massive du nucléaire dans le monde. A partir de 2015, un nouveau réacteur nucléaire chaque mois !

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=25681


 

Nouveautés      Guide (Index)      Page d'Accueil